Congo-Brazzaville: cinq ans de prison ferme pour le général Dabira

Le général congolais Norbert Dabira, en 2005, lors du procès sur l'affaire des «disparus du Beach» à Brazzaville, lors duquel il avait été acquitté.
© AFP PHOTO / GG Kitina

Accusé d’atteinte à la sécurité d’atteinte de l’Etat, notamment d’avoir voulu attenter à la vie du président congolais Denis Sassou-Nguesso, le général Norbert Dabira écope de cinq ans d’emprisonnement ferme. Les différentes parties au procès n’ont pas la même appréciation du jugement rendu. Le condamné a refusé de se pourvoir en cassation et versera un franc symbolique à l’Etat à titre de dommages et intérêts.

Cinq jours. C'est le temps qu'il a fallu pour juger le général Nobert Dabira, ancien inspecteur des Forces armées congolaises. Longtemps proche du président Denis Sassou Nguesso, il n’a pas eu la même chance que lorsqu’il a été jugé et acquitté en 2005 dans l’affaire des « disparus du Beach ». La nuit était déjà tombée sur Brazzaville quand Charistian Oba, président de la cour criminelle, a lu le délibéré condamnant le général Norbert Dabira en ces termes :

« La cour et le juré ont répondu oui (…) déclarent Norbert Dabira coupable des faits mis à sa charge. En répression, lui faisant application de la loi, le condamnent à la peine de cinq ans d’emprisonnement ferme assorti de l’interdiction d’exercer les droits civiques et civils tels le droit de vote, d’élection et d’éligibilité. »

Il a été reconnu coupable d'atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat par la cour criminelle. Cette peine avait été requise par le ministère public.

La partie civile s'est dite satisfaite : « M. Dabira s’est défendu. Nous nous sommes défendus. La cour a jugé, donc c’est un procès équitable », s’est réjoui un avocat.

La défense, elle, n’a pas apprécié le verdict rendu. Elle a même refusé de se pourvoir en cassation. « Nous sommes un peu déçus. On aurait pu faire un pourvoi en cassation, mais notre client nous dit qu’il n’y a pas lieu de le faire. On se contente de cette décision de la cour », a dit Me Esseau.

Le général Dabira est le deuxième officier condamné en moins de dix jours, après la condamnation de l'ancien chef d'état-major, Jean-Marie Michel Mokoko, le 11 mai dernier, également pour atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.