Sénégal: limogeage du recteur de l’université de Saint-Louis

Des heurts entre la police et les étudiants de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar le 16 mai 2018, le lendemain de la mort de Fallou Sène, étudiant de l'université de Saint-Louis, tué par les forces de l'ordre lors d'une manifestation. .
© SEYLLOU / AFP

Au Sénégal, Macky Sall a remplacé, samedi 19 mai, le recteur de l’université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis. Mardi dernier, un étudiant de cet établissement a été tué par les forces de l'ordre lors d'une manifestation qui a dégénéré. Les étudiants demandaient le paiement de leurs bourses d'études. Avec cette décision, le président de la République répond à une requête des étudiants qui exigeaient le départ du recteur. Les demandes, notamment des syndicats étudiants et de l'opposition, vont cependant bien au-delà.

C'est par décret que Macky Sall a acté cette décision, cinq jours après la mort de l’étudiant, Fallou Sène, décès que le chef de l'Etat a jugé « regrettable ».

La décision a été prise en plein week-end de Pentecôte et en plein ramadan. Le recteur quiavait fait appel aux forces de l'ordre pour bloquer les étudiants grévistes est donc remplacé. Le directeur du Centre des œuvres universitaires est lui aussi limogé. Les étudiants demandaient le départ de ces deux responsables, exigence renouvelée lors d'une nouvelle manifestation vendredi matin.

Fusible ou début d'une longue série, la décision du président de la République devait calmer les esprits. Celui-ci pensait que cette décision ramènerait immédiatement le calme, et ramènerait, comme l'a déclaré le porte-parole du gouvernement Seydou Gueye « les étudiants dans les amphithéâtres ».

Depuis le début de cette affaire, le président de la République a posé des actes forts. Et ces décisions conservatoires auront sûrement comme incidence d'amener plus de calme et plus de sérénité à l'intérieur de l'université

Seydou Gueye, porte-parole du gouvernement
20-05-2018 - Par Guillaume Thibault

Il n'en est rien car les syndicats étudiants ne comptent pas en rester là. Le remplacement par décret présidentiel du recteur de la fac de Saint-Louis n'est qu'une étape. « Le début de la lutte », estime même certains leaders. « Nous prenons acte des décisions du président de la République, mais nous sommes en train de nous concerter pour déterminer des suites à donner au mouvement et nous sommes loin d'être satisfaits », explique Alexandre Mapal Sambou, leader du mouvement étudiant.

Les étudiants grévistes demandent désormais les démissions des ministres de l'Economie et de l'Enseignement supérieur. Ils exigent surtout que la justice soit rendue et que les responsabilités dans la mort de Fallou Sène soient établies, et disent attendent de pied ferme les conclusions de l'enquête. Le procureur de la République de Saint-Louis Ibrahima Ndoye a promis « une enquête exemplaire ».

L'appel au calme n'a donc pas été entendu. L'Etat va devoir à la fois négocier avec les syndicats étudiants tout en gérant une opposition qui utilise ce drame pour dénoncer la politique du gouvernement. L'opposition a elle aussi demandé les démissions des ministres de l'Intérieur, de l'Enseignement supérieur voire, de tout le gouvernement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.