Une affaire de véhicules non dédouanés fait scandale en Côte d'Ivoire

Un 4x4 de luxe Range Rover dans les rues d'Abidjan en 2013 (image d'illustration).
© SIA KAMBOU / AFP

C'est un dossier qui fait couler beaucoup d'encre en Côte d'Ivoire en ce moment. Le scandale des véhicules non dédouanés révélé par nos confrères de « l'Eléphant déchaîné », et relayé depuis par certains journaux, implique des sociétés de transitaires, des éléments véreux des douanes et depuis mardi 22 mai, des personnalités politique, des affaires ou du monde de l'art. Cette arnaque aux droits de douane porte sur plusieurs milliards de francs CFA et des centaines de véhicules de luxe ou plus ordinaires.

Faire de fausses déclarations de dédouanement et empocher tout ou partie de la recette devant revenir aux caisses de l'Etat ivoirien était devenu la pratique favorite de quelques transitaires véreux et de douaniers peu scrupuleux.

L’article de l’Eléphant déchaîné de ce lundi 21 mai - document douanier à l'appui - met en exergue certains noms de personnalités ivoiriennes qui au bout de cette chaine de corruption récupèrent à leur insu ou peut-être pas, l'enquête policière le dira, des véhicules dont les droits de douanes n'ont pas été acquittés.

Selon l'hebdomadaire, on y trouve des noms aussi prestigieux que le chanteur Serge Beynaud, la patronne de Nsia Assurance Janine Kacou Diagou ou encore des sociétés de transports ou des ministres. Même le nom d'Henri Konan Bedié figure sur la liste des propriétaires de véhicules concernés affirme l'Eléphant déchaîné.

Déjà une dizaine d'arrestations

A ce propos, l'ex-chef d'Etat ne pouvait pas être au courant de l'arnaque disent ses collaborateurs. Joints par RFI ceux-ci expliquent en effet que la Range Rover et la Volvo qu'il possède sont deux cadeaux offerts par un homme d'affaire et que c'est à ce niveau qu'il pourrait y avoir malversation.

Pas de commentaire du côté du ministre de la Justice qui aurait réglé lui-même les frais de dédouanement aussitôt la malhonnêteté du transitaire découverte. Au ministère des Affaires étrangères si le ministre et son épouse roulent également dans des véhicules non dédouanés c'est qu'ils ont été « victimes d'agissement frauduleux » selon le service de communication.

Saisi du dossier, le procureur de la République a déjà mentionné une dizaine d'arrestations parmi les organisateurs du réseau et l'enquête devrait déterminer jusqu'où vont les complicités dans cette combine à la fraude douanière.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.