Republier
Niger Justice

Niger: des avocats s'émeuvent des propos du ministre de l'Intérieur

Des membres de la société civile nigérienne sont interpellés à leur siège, à Niamey, en marge de la manifestation contre la loi de finances, le 25 mars 2018.
© Moussa Kaka / RFI

Au Niger, les avocats des leaders et militants de la société civile emprisonnés depuis près de deux mois pour la plupart, se disent surpris par les propos tenus ce mercredi matin sur l'antenne de RFI par le ministre de l'intérieur Mohamed Bazoum. Des propos qui laissent penser que seuls huit activistes sont emprisonnés alors qu'ils sont vingt-sept militants et leaders - soit tous les principaux acteurs de la société civile - à être sous les verrous après avoir appelé ou tenté de manifester contre la loi de finances 2018 à Niamey et Zinder. Mohamed Bazoum fait aussi allusion au climat de tension que les responsables de la société civile ont toujours cherché à instaurer et à « l’insurrection dont ils ont toujours rêvé »...  Des propos qui selon eux montrent que l'affaire est bel et bien politique. Maître Cissé Abdoussalam est un des avocats du collectif qui défend les activistes.

C'est un dossier politique, cela ne fait pas de doute.
Maître Cissé Abdoussalam, avocat nigérien
24-05-2018 - Par Marie-Pierre Olphand

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.