A l'ONU, on souligne les débuts difficiles de la force G5 Sahel

Militaires de la force conjointe du G5 Sahel lors d'une opération (image d'illustration).
© RFI/Anthony Fouchard

Le G5, la force anti-terroriste réunissant les cinq pays du Sahel, connaît des débuts bien difficiles. La réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, hier mercredi 23 mai, en a été la parfaite illustration. Les ambassadeurs, représentants de l'Union Africaine et de l'Union Européenne ainsi que le secrétaire permanent du G5 Sahel étaient réunis pour faire un premier bilan de cette force. Et, malgré la satisfaction très prudente des diplomates qui ont souligné, dans une déclaration, les progrès réalisés dans le déploiement des troupes et les efforts des pays membres du G5 pour rendre opérationnelle cette force, le constat dressé par son secrétaire permanent, Maman Sidikou, est nettement moins flatteur.

Nous sommes encore loin d'avoir atteint notre vitesse de croisière.

Maman Sidikou, secrétaire permanent de la force G5 Sahel
24-05-2018 - Par Marie Bourreau

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.