Republier
RCA

RCA: la Minusca ouvre une enquête après la mort de 12 personnes au PK5 de Bangui

Casques bleus de l'ONU aux abords du quartier PK5 de Bangui, la capitale centrafricaine, lors de la visite du Pape François, le 10 novembre 2015.
© REUTERS/Siegfried Modola

En Centrafrique, 12 personnes ont été tuées ce mercredi lors de violences dans le quartier de PK5 à Bangui. La Mission des Nations unies, la Minusca, annonce l’ouverture d’une enquête.

Les violences entre milices des quartiers voisins du PK5 et de Fatima continuent à Bangui, ce jeudi. A l’origine, deux hommes armés ont lancé des grenades en direction des autodéfenses du PK5, mercredi matin, alors que le marché battait son plein. Deux personnes sont mortes lors de ce premier évènement.

En représailles, alors que les tensions sont toujours présentes dans le quartier, plusieurs membres de ces groupes d’autodéfense ont mené des actions de vengeance contre le quartier de Fatima.

Un quartier déjà endeuillé le 1er mai après l’attaque d’une église qui a fait au moins 24 morts et 170 blessés. Lors de ces représailles, plusieurs personnes ont perdu la vie. Le chef d’un des quartiers du PK5 aurait été égorgé lors de ces violences a indiqué, ce jeudi matin, le chargé des affaires civiles et politiques au comité de prévention de crise.

Antoine Mbao Bogo, le président de la Croix-Rouge centrafricaine, dénombrait 12 victimes lors de ces nouvelles violences. Et la Minusca dit avoir ouvert une enquête.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.