Republier
RDC

Fichier électoral en RDC: après l'audit de l'OIF, l'opposition s'interroge

Le président du parti d'opposition de la République démocratique du Congo Engagement pour la citoyenneté et le développement (ECiDe) Martin Fayulu, le 10 juin 2016.
© AFP/Thierry Charlier

16,6% des électeurs pour les scrutins de décembre ont été enregistrés sans empreinte digitale. C'est l'une des principales anomalies révélées par l'audit du fichier électoral congolais réalisé par l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). La question fait réagir les acteurs politiques congolais. Si la majorité présidentielle relativise, l'opposition veut en savoir davantage.

Au cours d'une conférence de presse organisée à Kinshasa samedi 26 mai, la majorité présidentielle a rappelé les dispositions légales qui permettent aux électeurs enregistrés sans empreintes digitales, de participer au vote.

Gilbert Boyika, coordonnateur adjoint du centre de coordination des élections de la majorité présidentielle, demande à l'opposition de « ne pas tomber dans ce qu'il appelle extrémisme » : « Quand on n'a pas toutes les empreintes, on n'est pas moins congolais, ni moins électeur », a-t-il dit.

Pour sa part, Rubens Mikindo, secrétaire général adjoint de l'UDPS, principal parti de l'opposition, cette question d'empreinte digitale peut avoir une incidence sur l'issue du processus électoral. « Cela fait plus de sept millions d'électeurs, et sept millions cela peut faire élire un président de la République. »

De son côté, l'opposant Martin Fayulu, à l'instar de la mission de l'OIF, préconise la publication des listes provisoires des électeurs : « On créé un site internet pour poster tous les noms, circonscription par circonscription, comme ça il y a un contentieux qui va s'ouvrir, et c'est prévu dans les calendriers du 27 mai au 7 décembre. Impression, déploiement et affichage des listes électorales provisoires et puis listes définitives. »

Selon lui, il sera difficile pour l'opposition de participer aux élections avec ce fichier électoral si cette anomalie, dit-il, n'est pas corrigée.

Electeurs sans empreintes en RDC: «A la Céni d’identifier les causes réelles»

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.