Republier
Soudan du Sud

Les Etats-Unis demandent à l'ONU d'ajouter six Sud-Soudanais à sa liste noire

Le ministre sud-soudanais de la Défense Kuol Manyang Juuk. Ici en 2014 à Khartoum. Il fait partie des six personnalités sud-soudanaises que les Etats-Unis veulent ajouter à une liste noire dressée en 2015.
© AFP PHOTO / EBRAHIM HAMID

Les Etats-Unis ont demandé à l’ONU de sanctionner six nouveaux responsables sud-soudanais, dont le ministre de la Défense. Washington les accuse d’entretenir la guerre et de bloquer l’aide humanitaire. Cette demande intervient après l’échec la semaine dernière des négociations sur un accord de paix au Soudan du Sud pour mettre fin à 5 ans de guerre civile.

Washington veut ajouter six personnes à la liste noire des Nations unies : trois membres du gouvernement, dont le ministre de l'Information, et surtout le ministre de la Défense et 3 hauts responsables militaires. Sur ces 6 personnes, trois font déjà l’objet de sanctions américaines et européennes.

Washington accuse notamment le ministre de la Défense, le général Manyang Juuk, d’avoir mené des attaques sur la ville de Pagak, dans le nord-est du pays, l’année dernière. Et d’avoir violé le cessez-le-feu signé par le gouvernement. Quant au ministre de l’Information, Michael Majuei, il est accusé d’avoir planifié une attaque sur une position des Nations unies dans la ville de Bor en 2014. L'autre ministre visé est le des Affaires gouvernementales, Martin Elia Lomoro.

Les trois autres personnalités sud-soudanaises que Washington veut ajouter à la liste noire sont de hauts responsables militaires : Paul Malong, Malek Reuben et Koang Rambang Chol.

Le projet de résolution doit être discuté par le Conseil de Sécurité des Nations unies dès ce mardi et sera soumis à un vote jeudi. Si le projet passe, ces six personnes seront visées par des interdictions de voyager et par un gel de leurs avoirs à l’étranger.

Six responsables militaires sud-soudanais figurent déjà sur cette liste noire.
En tout cas, l’adoption de cette nouvelle résolution serait un développement majeur, ce serait la première fois que des membres aussi importants du gouvernement seraient sous le coup de sanctions internationales.

→(Re)lire: Le gouvernement sud-soudanais s'en prend aux Etats-Unis, à l'UE et leurs alliés

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.