Deux enlèvements dans des établissements scolaires au Cameroun anglophone

Un maître d'école dans une classe de Kolofata, Cameroun (illustration).
© RFI/Nicolas Champeaux

Dans le sud-ouest du Cameroun, pour la première fois depuis le début de la crise anglophone en 2016, des responsables d'établissements scolaires ont été enlevés. La proviseure d'un lycée bilingue et le principal d'une école baptiste ont été kidnappés par un groupe de personnes armées, alors que la période des examens débute pour les élèves.

Les deux enlèvements ont eu lieu en l'espace de 72 heures, il y a quelques jours. Inquiet, le représentant de l'Association des enseignants du Cameroun, Tameh Valentine Nfon, s'est renseigné auprès des autorités de Buea. Il y a eu une demande de rançon, explique-t-il à RFI.

«Les gens ne peuvent pas continuer à vivre dans la peur !... » ajoute-t-il. Les autorités tentent d'assurer la sécurité mais des personnalités publiques ou fonctionnaires de l'Etat avaient déjà été ciblés par des enlèvements. « Il n'y a pas suffisamment de protection », conclut-il.

il y a une détermination des étudiants (pour passer leurs examens), ils ne peuvent pas perdre deux années. Et les professeurs sont vraiment choqués, ils veulent seulement faire leur travail

Deux responsables d'établissements scolaires enlevés à Buea: l'inquiétude des enseignants et étudiants
29-05-2018 - Par RFI

à (ré)écouter: La crise anglophone au Cameroun: comment en sortir?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.