Madagascar: Rajaonarimampianina demande des éclaircissements à la HCC

La Haute Cour constitutionnelle de Madagascar a ordonné au président de la République, Hery Rajaonarimampianina (photo), de limoger son gouvernement et de désigner un nouveau Premier ministre
© REUTERS/Lintao Zhang

A Madagascar, les décisions rendues par la Haute Cour constitutionnelle vendredi 25 mai continuent de faire polémique. Au lieu d'apaiser les tensions, elles suscitent de vifs débats. Dans ses décisions, qui faisait suite à une demande de déchéance du président de la République par les députés de l'opposition, la plus haute juridiction du pays demande notamment au président de la République de mettre fin aux fonctions du gouvernement et de nommer un nouveau Premier ministre. Mais hier mercredi 30 mai, le chef de l'Etat a fait déposer par ses avocates une requête devant cette même cour pour lui demander d'éclaircir ses décisions.

Pour le président de la République, les décisions rendues par la Haute Cour constitutionnelle ne sont pas assez claires pour qu'ils puissent les exécuter. « Pour ne plus revenir dans une crise, il faut absolument qu'on puisse exécuter la décision de la HCC. Or il se trouve que certains points sont obscurs, ou carrément impossibles à exécuter », explique maitre Charlotte Ramanase, l'une des avocates du chef de l'Etat.

Dans ses décisions, la Haute Cour constitutionnelle demande au président de dissoudre le gouvernement. Pour les avocates du chef de l'Etat, cette décision contredit la Constitution malgache. C'est ce qu'explique Maitre Tantely Rakotonirina : « L'article 54 prévoit le seul pouvoir du président pour dissoudre le gouvernement. Donc on voulait que la HCC apporte son avis par rapport à cette ambiguïté, cette incompréhension de leur décision. » Et quand lui demande si elle estime que la HCC répond : « non, ce n'est pas à nous de dire ça. »

Si certains estiment que l'instance judiciaire a outrepassé ses prérogatives, cette dernière justifie ses résolutions en mettant en avant son rôle d'« organe régulateur du fonctionnement des institutions ». Un rôle qu'elle joue dans un contexte « de crise politique, à l'instar de la situation qui prévaut présentement », précise-t-elle.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.