Republier
Zimbabwe

Le Zimbabwe se prépare pour ses premières élections post-Mugabe

Des membres de la Zanu-PF lors du lancement officiel de la campagne électorale, le 4 mai 2018 à Harare, au Zimbabwe.
© Jekesai NJIKIZANA / AFP

Au Zimbabwe, le président Emmerson Mnangagwa a fixé la date du premier tour des élections municipales, législatives et présidentielle au lundi 30 juillet. D'ici deux mois, le pays connaîtra donc un scrutin historique : ses premières élections sans Robert Mugabe, mais également sans son rival historique Morgan Tsvangirai, décédé en février dernier.

Environ 5,4 millions de personnes sont inscrites pour le scrutin du 30 juillet au Zimbabwe, selon la commission électorale. Le nouveau chef de l’Etat, Emmerson Mnangagwa, a promis des élections libres, justes et transparentes pour rompre avec l’ère Robert Mugabe. Il a d’ailleurs invité l’Union africaine, l’Union européenne et le Commonwealth à observer le vote.

Mais l’opposition reste aux aguets. Il s’agit du premier scrutin biométrique avec identification par empreinte digitale, ce qui faciliterait la fraude, selon elle. Elle réclame aussi la publication de la liste des électeurs, que la commission électorale refuse pour l’instant de rendre publique.

Opposition affaiblie

Le parti au pouvoir reste grand favori malgré les divisions internes. De son côté, l’opposition, part en rangs divisés. Le principal parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), est grandement affaibli par les rivalités depuis la mort de son leader historique, Morgan Tsvangirai. Il n’a toujours pas finalisé sa liste de candidats pour les postes de conseillers municipaux.

L’opposition a également subi un important revers depuis que la Cour constitutionnelle a décidé que les millions de Zimbabwéens de la diaspora ne pourraient pas voter à moins de se rendre dans le pays.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.