Peine de mort abolie au Burkina: un pas vers l'extradition de François Compaoré?

François Compaoré, frère de l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré, lors d'un sommet à Ouagadougou en 2012 (photo d'illustration).
© Ahmed OUOBA / AFP

La peine de mort a été abolie au Burkina Faso. Le nouveau Code pénal a été adopté par le Parlement ce jeudi 31 mai. Une décision qui pèsera peut-être sur la demande d'extradition de François Compaoré. Le frère de l'ancien président déchu Blaise Compaoré, mis en cause dans l'enquête sur l'assassinat en 1998 du journaliste Norbert Zongo, est actuellement en France. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, qui examine la demande d'extradition formulée par Ouagadougou, doit rendre sa décision le 13 juin.

L'avocat de François Compaoré avait plaidé contre cette extradition, avec l'argument - parmi d'autres - que son client risquait la peine de mort. Aujourd'hui il se dit satisfait de cette avancée pour les droits de l'homme, mais pointe une décision politique.

« Je ne crains rien et au contraire, je suis satisfait, de même que tous les partisans des libertés publiques doivent se satisfaire de cette nouvelle qu’il faut saluer, avance maître Pierre-Olivier Sur. Au Burkina Faso, chacun comprendra qu’à nouveau, les libertés publiques progressent grâce à la famille Compaoré puisqu’à l’évidence, cette mesure on la doit à François Compaoré et au procès qui lui est fait actuellement en France. »

« L’évidence est qu’il s’agit d’une décision politique, c’est qu’elle intervient huit jours avant le délibéré attendu sur l’extradition. Mais il y a beaucoup d’autres moyens de droit que nous avons soulevés, poursuit l’avocat de François Compaoré. Pour moi, il y a un faisceau de moyens suffisamment sérieux pour qu’avec ou sans la peine de mort, les juges français refusent évidemment l’extradition. Je veux vous dire que c’est avec confiance que j’attends la décision de la chambre d’instruction près de la cour d’appel de Paris. »

La famille « confiante » sur la décision de la justice française

Mais du côté de la famille du journaliste Norbert Zongo, Robert Zongo, son frère cadet, estime aujourd'hui qu'il n'y a plus d'argument qui justifie le refus de François Compaoré d'être entendu par un juge burkinabè.

« L’équivoque est levée. Je ne vois plus d’argument possible qui tienne et autre chose qui ne vienne entraver la venue de François pour répondre devant le juge d’instruction. Je ne vois pas pourquoi monsieur Compaoré est si fébrile que ça. On veut juste l’entendre, le juge veut juste l’entendre. Mais je pense qu’en matière de coopération judiciaire, la justice française prendra ses responsabilités. »

« Je suis confiant que monsieur Compaoré ne peut pas se substituer à toutes ces juridictions, surtout que monsieur Macron en passant à Ouagadougou a donné de l’espoir au peuple burkinabè, soi-disant qu’il n’allait pas se mêler des affaires de juridiction. S’il faut que François rentre, il rentrera, avance Robert Zongo. Donc nous espérons que cette justice française prenne ses responsabilités. François a cette garantie qu’il n’y a pas la peine de mort au Burkina. Il peut rentrer sereinement, il a toutes les garanties que sa vie sera préservée. Et je me dis que normalement François Compaoré doit se réjouir de cet état de fait. »

Burkina: la justice française se prononce en juin sur François Compaoré

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.