Republier
Libye

Libye: crise humanitaire en vue à Derna

Le maréchal Haftar annonce le lancement d'une offensive pour la «libération» de Derna, le 7 mai 2018 à Benghazi.
© Abdullah DOMA / AFP

Alors que la bataille pour le contrôle de Derna dans l'est de la Libye fait rage, une crise humanitaire s'y profile. Le 7 mai, le maréchal Khalifa Haftar a lancé une offensive de grande envergure sur cette ville qu'il assiège depuis près d'un an, et aux mains de milices islamistes et jihadistes depuis 2015. Des milices qui avaient repris la ville à l'Etat islamique à l'issue de combats sanglants. Aujourd'hui, la ville est pour ainsi dire bouclée. Au moins 17 civils ont été tués ces deux dernières semaines. Rares sont ceux qui en sortent ou y entrent et l'ONU appelle les belligérants à permettre l'accès des humanitaires.

Moins de trois semaines après le lancement de l'offensive d'Haftar sur la ville, les combats connaissent depuis le 24 mai une « escalade sans précédent » selon OCHA, le bureau des affaires humanitaires de l'ONU. Des affrontements à l'arme lourde, des raids aériens et des bombardements souvent indiscriminés contre des zones d'habitation.

L'Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar contrôlerait les entrée Est et Ouest de la ville. Les milices de Derna se seraient fondues, elles, dans les quartiers résidentiels, leurs hommes habillés en civils.

Ecoles et services publics sont fermés. La centrale électrique a cessé de fonctionner après un bombardement. L'usine de dessalement d'eau de mer est arrêtée puisque ses employés ont dû fuir les combats à proximité. Deux usines qui auparavant fonctionnaient tant bien que mal au gré de l'approvisionnement en fuel.

Aujourd'hui, 125 000 habitants, la quasi-totalité, n'ont plus d'approvisionnement en eau. Depuis le début du siège l'an dernier, Derna  manque de tout. Mais la situation a empiré avec le lancement de l'offensive.  

Aucune aide humanitaire n'est entrée depuis le mois de mars, si ce n'est il y a quatre jours, du matériel de dialyse fourni par l'OMS à l'hôpital. D'autres livraisons humanitaires attendent l'autorisation de pouvoir pénétrer dans Derna.

L'ONU, de son côté, appelle Haftar à desserrer l'étau sur la ville pour permettre aux civils de sortir. Et tous les belligérants à autoriser l'accès  de l'assistance et des travailleurs humanitaires.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.