Republier
Éthiopie

Ethiopie: vers une levée anticipée de l'état d'urgence

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed devant le Parlement, à Addis Abeba, le 19 avril 2018.
© REUTERS/Tiksa Negeri

L'Ethiopie vit ses dernières heures sous état d'urgence. Il était en vigueur depuis 3 mois et demi et devait encore durer jusqu'à la mi-août, mais le Conseil des ministres a annoncé sa levée, samedi matin. Selon le chef de cabinet du Premier ministre, « la loi et l'ordre ont été rétablis ». La chambre des représentants devrait donc logiquement valider cette proposition de loi ministérielle, peut-être ce lundi 4 juin. Cette décision est un signe d'ouverture supplémentaire de l'équipe au pouvoir à Addis-Abeba.

Deux mois après son entrée au palais d'Arat Kilo, Abiy Ahmed continue sa petite révolution. Son ministre de la Justice a pardonné ou réclamé l'abandon des charges pour plusieurs centaines de prisonniers ou accusés, dont des membres d'un groupe considéré comme « terroriste » par l'Ethiopie. Le nouveau chef du gouvernement a même posé aux côtés de l'un d'entre eux.

Abiy a aussi débuté des discussions avec un mouvement politique exilé. Il poursuit par ailleurs sa tournée dans les différentes régions de l'Etat fédéral. A chaque prise de parole, il promet de l'ouverture, du changement, des réformes.

Plus de 1 000 arrestations depuis mi-février

Il n'avait pourtant pas encore abordé le problème prioritaire pour beaucoup de militants des droits humains : l'état d'urgence. Il avait été instauré un jour après l'annonce surprise de la démission de l'ancien Premier ministre Hailemariam Desalegn, le 15 février dernier. C'était la seconde fois en moins d'un an et demi que cette loi d'exception, prévue par la Constitution, était mise en oeuvre.

Mais le gouvernement a « procédé à une analyse détaillée de la situation sécuritaire », explique le chef de cabinet du Premier ministre. Le Parlement devrait sans problème voter pour la levée de cet état d'urgence, la coalition au pouvoir ayant tous les sièges.

« Mieux vaut tard que jamais », se félicite un activiste sur les réseaux sociaux. « C'est un geste positif du nouveau pouvoir », concède l'opposant Merera Gudina. Le dernier bilan officiel de l'état d'urgence évoque plus d'un millier d'arrestations depuis la mi-février.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.