Republier
Madagascar

Nouveau Premier ministre malgache: les députés TIM et Mapar s'expriment

Les députés de l'opposition TIM et Mapar à la fin de leur rassemblement place du 13-Mai mardi 5 juin 2018.
© Sarah Tétaud/RFI

Au lendemain de la nomination d'un Premier ministre de consensus et d'une incroyable démonstration de réactions contradictoires de la part de l'opposition, tous les regards étaient braqués sur la place du 13-Mai. Comme à leur habitude depuis le 21 avril dernier, les députés Mapar et TIM se sont réunis face à la foule. Ils ont alors rendu compte à la population de la manière dont avait été choisi Christian Ntsay. Hier, ils avaient accordé leurs violons, du moins en public.

« Si ça avait été notre liste, ç'aurait dû être moi le Premier ministre ! », clame Jean Brunelle, du Mapar. « Je ne suis pas un menteur. Le président Rajoelina non plus ! S'il a dit qu'il y avait un accord, c'est qu'il y en avait un ! » hurle à son tour Roberto Raharoarilala, également du Mapar.

Tour à tour, dans une ambiance électrique, les députés du Mapar puis du TIM prennent la parole. Si tous jouent la carte de l'apaisement en affirmant accepter la nomination de ce nouveau Premier ministre issu d'aucune des deux mouvances politiques, les députés pro-Ravalomanana n'hésitent pas à rappeler, amers, que Rajoelina n'a pas consulté leur chef de file pour négocier le nom du chef de gouvernement avec le président de la République.

« Hier, beaucoup d'entre nous ont pris ça comme une trahison, dit Hanitra Razafimanantsoa, députée TIM. Une trahison aussi envers les manifestants du 13 mai. Aujourd'hui, ils [les députés Mapar, ndlr] ont exprimé leur point de vue et ils ont assumé leur décision, leur responsabilité. »

Prochaine étape décisive : la composition d'un nouveau gouvernement d'union nationale qui doit avoir lieu avant le 12 juin. Cette fois, les députés de l'opposition comptent bien faire partie des négociations. Ils ont appelé le nouveau Premier ministre à venir les rencontrer au plus vite place du 13-Mai.

Ce matin, à 9h heure locale, aura lieu la passation de pouvoir entre les deux Premiers ministres. La troisième depuis le début du mandat du président de la République.

→(Re)lire: Madagascar: les nombreux défis du nouveau Premier ministre

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.