Republier
Tchad

Tchad: le gouverneur Logone oriental limogé, la grève de la justice reconduite

Ndjamena (photo d'illustration).
© Xaume Olleros / AFP

Au Tchad, le président Idriss Déby a limogé le gouverneur du Logone oriental Adam Nouki Charfadine, «appelé à d'autres fonctions» selon le décret. Une décision qui intervient alors que magistrats et avocats sont en grève depuis plus d'une semaine pour protester contre l’agression à Doba dans le sud du pays d’un avocat et de ses clients, selon eux par des forces de l’ordre. Pour l'ordre des avocats ce limogeage du gouverneur est un premier pas, mais n’est pas suffisant. Les acteurs de la justice poursuivent leur mouvement de grève, malgré le geste d’apaisement des autorités.

Magistrats, avocats, huissiers et notaires sont en grève depuis près de deux semaines. Ils protestent contre l’agression à Doba dans le sud du pays d’un avocat et de ses clients, selon eux par des forces de l’ordre. Le mouvement qui a démarré à Doba s’est rapidement étendu à tout le pays.

Mercredi le gouvernement a annoncé le limogeage du gouverneur de cette région, que les magistrats accusent d’être responsable de cette agression. Pour maître Jean Sirina, secrétaire de l’Ordre des avocats, joint au téléhone par RFI, ce limogeage est un premier pas mais n’est pas suffisant.

« Monsieur le gouverneur est aujourd’hui démis de ses fonctions. Mais il reste la prochaine étape : qu’il soit mis à la disposition de la justice pour répondre de ses actes. Notre confrère qui a fait l’objet de fusillade avait défendu et obtenu la relève de ses clients. Il s’est donc rendu à la maison d’arrêt de Doba pour les libérer. Et c’est une fois que ces derniers ont été libérés que des hommes en tenue se sont mis à leur tirer dessus.

Nous apprenons plus tard que Monsieur le gouverneur avait instruit le régisseur de ne pas les libérer. Nous avons donc déposé plainte pour tentative d’assassinat sur la personne de notre confrère. C’est un acte assez grave, qui ne peut pas passer inaperçu... Il est démis de ses fonctions - d’accord -, mais encore faut-il qu’il réponde de ses actes devant la justice ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.