Republier
Cinéma

Documentaire africain: le festival Baatou Africa investit le Reflet Médicis

Première édition de Baatou Africa, le festival des documentaires africains organisé à Paris.
© DR

En France, le documentaire africain est à l'honneur dans la capitale française. Le festival Baatou Africa (« Les voix de l'Afrique », en wolof) se déroule du 7 au dimanche 10 juin, au cinéma Reflet Médicis. L’évènement a été organisé par l'association Cinewax dont l’objectif est de participer à une meilleure connaissance des talents du cinéma africain. Ce dernier est encore, en effet, très largement sous-représenté dans les salles de cinéma françaises.

Huit films, une table ronde, du stand up et de la musique... Baatou Africa a une ambition, celle de faire connaître le documentaire africain en France.

L'initiative plaît aux spectateurs comme Dassilo Dubois, présent lors de soirée d'inauguration du festival.

« C'est vrai qu'il n'y a pas encore une grande représentation de l'œuvre africaine, en général, en France. C'est bien qu'il y ait des festivals comme celui-ci qui mettent en avant ce genre d'artistes et d'œuvres », s’est-il réjoui.

Nous trouvons effectivement des œuvres contemporaines comme Kinshasa Makambo, du réalisateur congolais Dieudo Hamadi sur l’histoire de trois jeunes opposants au régime du président Joseph Kabila.

Gladeema, mis en scène par Djamila Daddi Addoun et Fabien Fisher, est un témoignage poignant sur l'exil.

La plupart des films sont projetés pour la première fois en salle, comme le souligne Jean Fall, organisateur du festival Baatou Africa : « Vous voyez, les films que nous montrons pendant ce festival, 90 % [d'entre eux] ne sont pas sortis en salle. Les films qui sont produits ou co-produits en Afrique représentent aujourd'hui moins de 1 % des sorties de salle, en France. »

Deux thèmes sont à l'honneur cette année, celui de la jeunesse africaine, une jeunesse débrouillarde, révoltée, en mouvement et celui de l'exil, fantasmé, subi ou choisi.

Nous avons deux thèmes : la jeunesse – la jeunesse en mouvement, la jeunesse en réaction […] et nous avons aussi l’exil – l’exil choisi ou l’exil subi où on parle donc de migration.
Jean Fall
09-06-2018 - Par Clémentine Pawlotsky

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.