Republier
Soudan ONU

Soudan: l'ONU va réduire les effectifs de sa mission au Darfour

Des soldats de la Minuad au nord du Darfour (image d'archives).
© AFP/ASHRAF SHAZLY

Les Nations unies s’apprêtent à réduire à nouveau le nombre de Casques bleus au Soudan, dans la région du Darfour. Le secrétaire général adjoint de l'ONU pour les opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, a confirmé l’opération ce lundi 11 juin. L’année dernière, le Conseil de sécurité de l'ONU avait déjà accepté une première réduction des effectifs de la Minuad, qui fut l'une des plus importantes et des plus coûteuses de toutes les opérations de maintien de la paix.

Selon le secrétaire général adjoint de l’ONU Jean-Pierre Lacroix, la situation est relativement stable et permet une réduction des effectifs. Les Casques bleus, qui sont aujourd’hui plus de 8 700 au Darfour, devraient être réduits de moitié d’ici un an.

Les effectifs qui resteront se concentreront sur la région montagneuse du Jebel Marra, où des combats se poursuivent entre les forces du gouvernement soudanais et des groupes rebelles. Mais cette analyse est contestée par plusieurs chercheurs, pour qui la situation ne s’est pas réellement améliorée.

« Depuis mars jusqu’à aujourd’hui, il y a régulièrement des attaques contre les civils, souligne le chercheur soudanais Ahmed Adam, de l’université de Londres. Cette réduction d’effectifs ne correspond à aucune réalité sur le terrain. La motivation est purement politique et financière. Politique parce que Khartoum met une importante pression sur la communauté internationale, lui faisant croire que le conflit est fini. Mais ce n’est pas vrai. Il n’y a pas de réelle stabilité. »

La région montagneuse du Jebel Marra est régulièrement bombardée par l’armée. Et Khartoum utilise toujours des milices tribales pour s’attaquer aux villages et aux camps de déplacés.

Pour ces chercheurs, le désengagement de l’ONU est surtout une question financière. « Les États-Unis veulent réduire le coût des opérations de maintien de la paix, et cela va affecter de nombreuses missions autour du monde », pointe Ahmed Adam, pour qui cette réduction « va également envoyer un mauvais signal à la population du Darfour et encourager les milices progouvernementales ».

Les chercheurs évoquent également la lassitude de la communauté internationale et une mission qui n’a pas bien fonctionné.

Mais tous s’accordent à dire qu’il s’agit d’une victoire pour Khartoum. Le Soudan réclame aujourd'hui une levée de l’embargo sur les armes et une levée des sanctions individuelles contre certains membres de l’armée.

Le Conseil de sécurité doit voter le 28 juin sur ce dernier plan de réduction d’effectifs lors du renouvellement du mandat de la mission de maintien de la paix.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.