Guinée équatoriale: Teodoro Obiang invite l'opposition en exil à rentrer

Le président de la Guinée équatoriale Teodoro Obianga lancé un nouveau dialogue politique, le sixième sous sa présidence. (image d'illustration)
© © AFP/ Xavier Bourgois

Le président de la Guinée équatoriale annonce la tenue d'un dialogue politique, qui devrait commencer le mois prochain. Pour Teodoro Obiang Nguema, le but de cette table ronde est de « préserver la paix et le développement ». Dans un discours à la télévision d'Etat, le chef de l’État a aussi appelé les Guinéens de la diaspora à rentrer en Guinée.

« Le dialogue et la concertation politique constituent les voies pour préserver la paix et le développement que le pays connait actuellement », a expliqué Teodoro Obiang, à la tête du pays depuis 1979. Pour le pouvoir en place, ce dialogue politique est un appel aux Guinéens de la diaspora de « rentrer en Guinée équatoriale, notre pays qui nous a vu naitre, pour trouver les stratégies globales et inclusives ».

« Nous envoyons notre invitation au dialogue national que je convoque aujourd'hui à tous les Equato-guinéens dispersés dans la diaspora pour des raisons politiques, pour certains délits politiques, afin de rentrer », a encore déclaré lundi 11 juin le chef de l'Etat.

Mais pour certains membres de l'opposition en exil, comme le président du Parti du progrès Severo Moto, qui vit en Espagne, il n'est pas question de répondre favorablement à l’invitation du chef de l’Etat « même si, bien évidemment, j’ai le droit et très, très envie de rentrer dans mon pays ».

« En Guinée équatoriale, j’ai été condamné à 160 ans de prison, explique l'opposant. Chaque fois que j’écris au président Obiang pour lui demander d’engager le dialogue, il ne manque jamais de me le rappeler. La personne qui a le moins de raison d’accepter cette invitation bidon, c’est moi ! Je sais bien que dès que j’aurai mis les pieds en Guinée équatoriale, je serai arrêté et qu’en deux temps, trois mouvements, je disparaîtrai. A l'heure où je vous parle, l'opposition tout entière et la population équato-guinéenne ne demande qu'une seule chose: une vraie transition de la dictature à la démocratie. »

Si ce dialogue démarre comme prévu, en juillet, il s’agira du sixième sous la présidence de Teodoro Obiang.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.