Mali: l’otage française Sophie Pétronin apparaît dans une nouvelle vidéo

Extrait d'une vidéo de Sophie Pétronin, otage au Mali, le 2 juillet 2017.
© AFP

La Française otage Sophie Pétronin apparaît dans une vidéo diffusée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans. Dans ce film, qui aurait été enregistré le 7 juin et qui dure environ sept minutes, Sophie Pétronin s'adresse aux autorités françaises. Elle dit craindre d'être aujourd'hui une otage sacrifiée. On la voit aussi écouter sur un téléphone un message que lui a adressé son fils via les antennes de RFI. Son fils qui se dit aujourd'hui soulagé même si le chemin vers sa mère est encore long.

Comme dans la précédente vidéo, les images sont volontairement inquiétantes et montrent une femme toujours affaiblie. Mais la vidéo plus longue montre que l'otage est très lucide quand elle s'exprime assise sous ce qui ressemble à une tente.

Pour son fils, c'est une nouvelle preuve de vie. Son émotion était encore grande ce matin : « On a été extrêmement émus, avec mon épouse, d’être soulagés qu’elle soit bien traitée. C’était vraiment quelque chose qui nous obsédait et qui nous rendait la vie impossible. Donc voilà, elle est bien traitée et ça, déjà, c’est énorme. Et puis en plus, elle s’adresse directement à nous et elle nous parle. Donc voilà… Je ne vous dis pas comme c’est émouvant ».

Intermédiaire

Dans cette vidéo, Sophie Pétronin s'adresse effectivement longuement à son fils. On la voit écouter en direct les messages qu'il lui a adressés sur RFI. Comme les autorités françaises n'ont visiblement pas établi de contact avec les ravisseurs, Sébastien Chadaud-Pétronin a fait savoir plusieurs fois qu'il était prêt à les rencontrer. Depuis des mois, il multiplie les voyages au Sahel pour rencontrer de potentiels intermédiaires, capables de relayer son message ou de lui en dire plus sur sa mère. Des voyages paradoxalement effectués avec l'aval du ministère français des Affaires étrangères.

Message reçu, lui dit sa mère dans la vidéo : « Elle confirme quelque chose qu’on savait par nos sources qui sont des intermédiaires. Le fait étant que les jihadistes étaient prêts à discuter avec moi. Et moi, je leur avais fait savoir que j’étais prêt à aller les voir et qu’il fallait qu’on entame une discussion. On savait qu’il y avait une volonté commune d’établir ce contact et de communiquer. Mais là, on est passé à un stade où on a validé cette information, parce que c’est ma mère. Avec des mots, textuellement, elle m’explique : ‘Oui, tu peux venir me voir, tu ne cours aucun danger. Je me porte garante de leur réaction. Ils ne te feront rien. Tu peux venir me voir et je désire te voir ».

Mince lueur d'espoir

Un message qui ressemble à une proposition des ravisseurs. Quelle est la marge de manœuvre dont dispose le fils de l'otage française ? Que peut-il négocier à son niveau ? Il ne répond pas. Rencontrer les ravisseurs serait évidemment une opération inédite, et complexe, il ne le nie pas, mais c'est pour l'heure le seul espoir qu'il a de faire bouger les choses.

Cette vidéo donne en tout cas une lueur d'espoir à la famille de l'otage, même si son fils refuse de s'emballer : « l'escalier devant nous est encore beaucoup trop raide et beaucoup trop long » pour s'emballer, résume-t-il.

Dans la vidéo de Sophie Pétronin apparaît aussi une autre otage, sœur Gloria, enlevée le 7 février 2017. La Colombienne est filmée en train de s'occuper de la Française.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.