Madagascar: le nouveau Premier ministre répond aux opposants

Christian Ntsay, le Premier ministre malgache, le 6 juin 2018 (illustration).
© REUTERS/Clarel Faniry Rasoanaivo

Dans la capitale de Madagascar, les manifestations continuent, mais sans la ferveur des premiers jours. Ce jeudi, quelques députés accompagnés d'une centaine de partisans ont tenté en vain de bloquer des ministères où avaient été nommés des ministres pro-pouvoir « redoublants », c'est-à-dire issus du précédent gouvernement. A la tribune de la Place du 13 mai, se sont ensuite à nouveau exprimés députés et syndicats. Au même moment avait lieu le tout premier Conseil de gouvernement avec les 30 ministres nommés en début de semaine. A l'issue de la rencontre, le Premier ministre a profité de la présence de la presse pour faire passer, lui aussi, quelques messages.

Questionné sur le fait que quelques députés de l'opposition continuent de contester le choix de certains ministres pro-pouvoir dans le gouvernement, Christian Ntsay a souhaité mettre un terme à cette revendication : « Je suis un Premier ministre de consensus. Le gouvernement est un gouvernement de la République. Notre objectif est clair : nous devrions aller aux élections, selon les dispositions de la décision de la HCC du 25 mai dernier. Et aller aux élections requiert certaines conditions, notamment le retour à la paix, à travers l'apaisement ».

Apaiser, rassembler et surtout avancer : « J'ai toujours accepté de dialoguer, avec tout le monde. J'ai dialogué avec de façon transparente avec les députés qui mènent la grève sur la Place du 13 mai. J'ai discuté avec un certain nombre de syndicats. Et je continuerai. Et j'ai demandé aux membres du gouvernement de faire pareil. Nous n'avons pas le choix aujourd’hui. Il est temps que nous puissions ensemble mener des actions convergentes pour que Madagascar puisse se relever très rapidement de la situation dans laquelle elle se trouve aujourd’hui et que nous puissions ensemble reconstruire ce pays ».

Ce jeudi, Place du 13 mai, le député indépendant Arnaud Tody, a convié la foule à manifester ce vendredi devant le palais de la primature pour réclamer un changement de gouvernement. Interrogé au sujet du message d'apaisement prôné par le Premier ministre, le député a rétorqué : « J'entends, mais on ne peut pas accepter les ministres redoublants ». Un dialogue : oui. De sourds : peut-être.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.