Republier
Mali

Mali: le mandat de la Minusma sous la loupe des Nations unies

Des militaires maliens patrouillent à Ménaka pendant la visite du Premier ministre, le 9 mai 2018 (illustration).
© Sebastien RIEUSSEC / AFP

A quelques jours du renouvellement pour un an du mandat de la mission de l'ONU au Mali, la Minusma, le Conseil de sécurité a ausculté son mandat. Pour l'occasion, le ministre des Affaires étrangères malien Tiéman Hubert Coulibaly avait fait le déplacement à New York. Le diagnostic est alarmant mais pour les diplomates, quelques ajustements, une accélération de la mise en oeuvre des accords de paix et des élections présidentielles réussies en juillet prochain seraient un cataplasme utile.

avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

Dégradation de la situation sécuritaire, divisions accrues entre les communautés, violations des droits de l'homme par les forces de sécurité maliennes, et retards dans la mise en oeuvre de l'accord de paix: pour Antoine Michon, représentant adjoint de la France à l'Onu le constat est clair, le Mali a besoin plus que jamais de la Minusma. « Face à ces enjeux nombreux, le renouvellement du mandat de la Minusma pour 12 mois supplémentaires est absolument essentiel pour la stabilité du Mali et de sa région. Plus largement, la France est convaincue que le soutien à la mise en oeuvre de l'accord doit continuer à demeurer l'objectif stratégique de la mission. »

A quelques semaines des élections présidentielles, qui auront valeur de test ont rappelé les diplomates, la mise en oeuvre de l'accord de paix reste néanmoins la priorité. « Si nous n'observons aucun progrès, nous devrions sérieusement considérer combien de temps nous sommes prêts à soutenir cette mission sans un engagement sérieux et concret des parties », a assuré Amy Tachco, représentante de la mission américaine.

Tiéman Hubert Coulibaly, le ministre malien des Affaires étrangères a bien entendu l'impatience des diplomates. Il était venu quant à lui tenter de rassurer et de rappeler l'engagement total des autorités maliennes, toujours sous la pression d'une mise sous sanction...

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.