Republier
Burkina Faso

Burkina Faso: mobilisation après l’arrestation d’un blogueur

Vue générale de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, jusqu'à présent épargnée par les attaques terroristes.
© REUTERS/Joe Penney/Files

Au Burkina Faso, cinq organisations de défense des droits de l'homme appellent à la libération de l'activiste et lanceur d’alerte Naïm Touré. Il a été interpellé jeudi dernier pour « incitation à la révolte ». Il est depuis en garde à vue. Sur sa page Facebook, il s'était indigné du sort d’un gendarme qui était toujours en attente d'une évacuation sanitaire près d'un mois après avoir été blessé lors d'une opération antiterroriste. Dans une déclaration conjointe, publiée ce dimanche, ces organisations s'insurgent contre « une violation de la liberté d’expression ».

Le post en question ne contient aucun élément permettant de l’interpeller.
Siaka Coulibaly, juriste du Réseau des organisations de société civile pour le développement
18-06-2018 - Par Carine Frenk

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.