Republier
Maroc France

Maroc: la médaille d’or du Sénat français de Mahmoud Archane fait polémique

Mahmoud Archane s'est vu remettre la médaille d'or du Sénat français le 14 avril 2018. (Image d'illustration)
© LIONEL BONAVENTURE / AFP

Le 14 avril dernier, le sénateur LR Christian Cambon, président du groupe d'amitié France-Maroc et  président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense au Sénat, a remis à Mahmoud Archane la médaille d'or du Sénat. Une médaille qui ne passe pas auprès de nombreuses personnalités et organisations marocaines qui accusent notamment Mahmoud Archane, ancien commissaire de police, d'avoir été dans les années 60 et 70, l'un des tortionnaires du régime d'Hassan II. Ces personnalités et organisations s'insurgent dans une lettre ouverte adressée au président du Sénat qu'elles viennent de publier.

Depuis des années Mahmoud Archane est dans le collimateur des organisations marocaines de défense des droits de l'homme qui demandent à ce qu'il soit jugé. Avant de se lancer en politique, Mahmoud Archane était commissaire de police. A ce titre, selon ces organisations, dans les années 60 et 70 notamment, il aurait torturé ou fait torturer nombre d'opposants au régime d'Hassan II.

« Nous reprochons au Sénat français de passer outre ce passé sanglant de Mahmoud Archane et de le décorer, explique Taïb Madmad, le secrétaire général de l‘Association marocaine des droits humains pour qui cette décoration ne passe pas. Mahmoud Archane est l’un des grands tortionnaires de l’ère de plomb. Pratiquement tous les prisonniers politiques sont passés devant lui et ils ont tous été torturés, soit par lui, soit devant lui, soit sous ses ordres ».

Depuis la fin des années 90, Mahmoud Archane est à la tête d'un parti politique, le MDS. Il est même élu au sein de la chambre haute du Parlement marocain. A Paris, le Sénateur Christian Cambon, lui, insiste. C'est en tant que président du groupe d'amitié France-Maroc qu'il a remis cette médaille d'or du Sénat à Mahmoud Archane à Rabat.

« Chaque sénateur à la possibilité, au nom du président du Sénat, d’offrir une médaille commémorative donc il ne s’agit en aucun cas d’une distinction ou d’une décoration, affirme Christian Chambon. Deuxième point, le groupe d’amitié France-Maroc a récompensé monsieur Archane pour son engagement en tant que parlementaire au sein du groupe d’amitié France-Maroc et le groupe d’amitié France-Maroc, pas plus que le Sénat, n’est juge ni du passé, ni de l’histoire, ni des contentieux qui ont pu naître au sein du territoire marocain ».

Pas de « symbole déplacé » pour le sénateur français qui refuse dit-il de s'ériger en juge d'un éventuel passé de son homologue marocain. Un « acte honteux » une « insulte » pour les signataires de la lettre qui demandent au président du Sénat de « réparer cette offense ».