Republier
Gambie

Gambie: la société civile en colère après la mort de deux manifestants

Une vue aérienne de Banjul, la capitale de la Gambie (photo d'illustration).
© AFP/Marco Longari

En Gambie, après la mort lundi 18 juin de deux manifestants tués par la police dans la ville de Faraba Banta, les citoyens font entendre leur désarroi. Selon l'inspecteur général de la police, les agents de l'unité d'intervention n'étaient pas autorisés à utiliser des balles réelles. Pourtant, deux jeunes hommes de 17 et 22 ans sont morts par balles lorsqu’un rassemblement contre l'extraction de sable a été dispersé. Le gouvernement a réitéré mardi sa promesse d'effectuer une enquête indépendante. Cinq policiers et six civils ont été arrêtés.  La société civile s'alarme de l'éruption d'une telle violence de la part des forces de l'ordre.

Beaucoup de Gambiens ressentent un mélange d'indignation et de tristesse, comme l'activiste et avocat Salieu Taal, créateur du mouvement #GambiaHasDecided (« La Gambie a décidé ») : « Je suis totalement atterré. Je pensais que la Gambie avait vraiment décidé de changer. J'espère que le président va prendre des actions rapidement et que le message envoyé sera clair : aucun policier n'est autorisé à utiliser une force disproportionnée contre les citoyens en toute impunité. »

Contrairement à l'ancien régime de Yahya Jammeh, la société civile peut désormais faire entendre sa voix. L'Institut pour les droits de l'homme et le développement en Afrique (IHRDA) et son directeur, Gaye Sowe, ont été parmi les premiers à réagir et à demander une enquête. « On doit rappeler à l'Etat ses responsabilités, déclare Gaye Sowe. Et quand on parle d'enquête, on veut qu'elle soit transparente, efficace, et surtout qu'elle débute très vite. »

Un journaliste qui couvrait la manifestation a aussi été arrêté et détenu plusieurs heures sans motif. Emil Touray, président du syndicat des journalistes, s'en alarme : « Nous nous inquiétons que les forces de sécurité continuent à agir comme sous le régime de Jammeh. Le syndicat des journalistes va œuvrer pour que la lumière soit faite sur la façon dont Pa Madou a été traité par les policiers. »

L'incident de Faraba intervient alors que le nouveau gouvernement travaille sur sa réforme promise du secteur de la sécurité.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.