Republier
RDC

RDC: réactions politiques après l’évaluation du CNSA sur l’Accord de la Saint-Sylvestre

Lubumbashi, présidentielle de décembre 2011. (Photo d'illustration)
© AFP PHOTO / PHIL MOORE

En République démocratique du Congo (RDC), le Comité national de suivi de l’Accord (CNSA) a présenté, jeudi 21 juin, les résultats de son évaluation sur l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre et son bilan est négatif. En effet, beaucoup de mesures prévues pour restaurer la confiance n'ont pas été respectées. Les membres du CNSA ont demandé à leur président de rencontrer le chef de l'Etat, Joseph Kabila, avant le dimanche 24 juin, jour de l'ouverture du dépôt des candidatures à la députation provinciale. A Kinshasa, il y a ceux qui partagent le diagnostic du CNSA et ceux qui, tout en le partageant, critiquent aussi la légitimité de ce comité.

Pour le M17, « Il y a une volonté de vouloir museler le CNSA dans son rôle d’évaluer le gouvernement et la Céni concernant l’Accord de la Saint-Sylvestre », explique Augustin Kikukama, le secrétaire général de ce parti.

« Le fait que la Céni et le gouvernement boycottent les réunions d’évaluation que le CNSA convoque souscrit ces chemins qui vont dans le sens de museler le CNSA. Pour ce qui est du président de la Céni, sa préoccupation c’est l’organisation des élections, vaille que vaille », ajoute le secrétaire général du M17.

A l’UDPS, on rappelle que le parti n’a jamais légitimé le CNSA de Joseph Olenghankoyi mais selon Augustin Kabuya, porte-parole de ce parti, tout ce qui se fait aujourd’hui est destiné à légitimer le projet du président Kabila.

« Un processus qui est entaché par beaucoup d’irrégularités ne rassure personne. On est en train de préparer la tricherie d’avance », a estimé le porte-parole de l’UDPS.

Christophe Lutundula Apala, l’un des dirigeants du G7 et membre de la plateforme pro Katumbi Ensemble pour le changement doute de la sincérité des membres du CNSA.

« Tout cela semble être une pièce de théâtre. La vérité est qu’ils ont accepté de servir d’instrument au président de la République pour dévoyer l’Accord… »,

Selon Christophe Lutundula, il faut nécessairement des élections le 23 décembre mais pas dans n’importe dans quelles conditions. Il faut appliquer l’Accord de la Saint Sylvestre. Il faut appliquer aussi les résolutions 2348 et 2409 des Nations unies.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.