Republier
Mauritanie

Mauritanie: l’opposition participera à tous les scrutins électoraux

Les leaders de l'opposition mauritanienne lors de leur manifestation contre le projet de révision constitutionnelle du président Aziz, le 7 mai 2016. (Photo d'illustration)
© STR / AFP

En Mauritanie, on attendait la réaction du FNDU, l'une des principales forces de l'opposition, après la publication jeudi dernier du calendrier des élections  régionales, municipales et législatives dont le premier tour est désormais fixé pour le 1er septembre prochain. Le Front pour la démocratie et l’unité a décidé de participer à ces élections même s'il aurait préféré que le gouvernement attende que la Cour suprême se prononce sur le recours  qu'il vient de déposer, demandant la dissolution de la Céni. La Commission electorale comprend 11 membres, dont cinq de l'opposition dite modérée, mais aucun de l'opposition radicale. Pas de politique de la chaise vide donc.

Le Front national pour la démocratie et l’unité a pris sa décision et cette décision est définitive. Il ira aux élections. Un accord a même été signé après de longues réunions de concertation.

Pour Mohamed Ould Maouloud, président du FNDU, le pouvoir fait son « forcing » mais il n’est plus question de le laisser seul durant les rendez-vous électoraux. « Le pouvoir veut prendre de vitesse tout le monde et donc [organiser] des élections... dans des conditions absolument spéciales. Très spéciales. Mais nous n’avons pas voulu lui laisser le terrain libre. Nous pensons qu’avant les élections, il faut tout faire pour que le processus soit repris sur des bases consensuelles et sur des bases de transparence », a-t-il expliqué.

La coalition, rassemblant huit partis de l’opposition, avait boycotté les municipales et législatives de 2013. Cette fois, elle adopte une nouvelle stratégie pour donner plus de chances à ses candidats.

« Nous allons poser des listes communes à tous les scrutins qui sont majoritaires, aussi bien au niveau municipal qu’au niveau législatif et régional », ajoute Mohamed Ould Maouloud.

La campagne électorale pour les trois scrutins sera lancée le 17 août, pour deux semaines. Le dépôt des dossiers des candidatures commencera le 3 juillet prochain.