Republier
Zambie

Zambie: ouverture du procès du chanteur Pilato

Le rappeur Pilato dans le clip de sa chanson «Take It eeZee».
© Capture d'écran

Les faits remontent à l'an dernier : il lui est reproché d’avoir refusé d’obtempérer lorsque des policiers lui ont ordonné de quitter les abords du Parlement où il manifestait avec cinq autres personnes. En Zambie, c'est un délit pénal. Pilato, de son vrai nom Chama Fumba, a plaidé non coupable.

Quand la police a ordonné au rappeur Pilato, de son vrai nom Chamba Fumba, et à cinq autres manifestants de se disperser, ils ont refusé d’obtempérer.

Mais, pour Pilato, le fond du problème n’est pas cette manifestation mais plutôt une de ses chansons.

Koswe Mumpoto, c’est-à-dire « Un rat dans le plat », dénonce la corruption. Et des partisans du parti au pouvoir, le Front patriotique, y ont vu une attaque contre le président Edgar Lungu, qui n’est pourtant jamais nommé. Ce que Pilato dit regretter un peu…

« Même si ma chanson ne mentionne le nom de personne, elle m’a valu toutes sortes d’ennuis. Dans une prochaine chanson, je me dis que je devrais mentionner des noms ; au moins, les réactions seraient justifiées ! »

J'ai hâte d'être au procès pour défendre mes idées
Pilato : «c'est l'occasion de défendre mes idées»
25-06-2018 - Par Michel Arseneault

Les atteintes à la liberté d’expression se sont multipliées depuis l’arrivée au pouvoir du Front patriotique en 2011. Du moins selon McDonald Chipenzi, le directeur de Gears, une ONG pro-démocratie à Lusaka :

« Quiconque est perçu comme trop critique face au pouvoir doit s’attendre à en subir les conséquences. Il risque d’être envoyé en prison, d’être amené au commissariat ou même de recevoir des menaces de mort. »

A ses yeux, le procès de Pilato sera une nouvelle occasion de rappeler les engagements de la Zambie en matière des droits de l'homme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.