Ethiopie: visite historique d'une délégation érythréenne

Le Premier ministre de l'Ethiopie Ahmed Abiy accueille ministre érythréen des Affaires étrangères Osman Saleh et le conseiller spécial du président Issaias, Yemane Gebreab et leur délégation, à l'aéroport international d'Addis-Abeba, le 26 juin 2018.
© REUTERS/Tiksa Negeri

C'est historique. Une délégation gouvernementale érythréenne est arrivée ce mardi 26 juin en début d'après-midi (14h heure locale, 11h TU) à Addis-Abeba pour une visite destinée à mettre un point final à des décennies d'hostilité entre les deux pays voisins. Entre 1998 et 2000 les deux pays se sont livrés une guerre qui a fait 80 000 morts autour d'un désaccord sur leur frontière commune. Aujourd'hui, la frontière est sous surveillance de l'ONU, mais la tension reste vive et les accrochages fréquents. C'est donc un premier contact diplomatique qui s'établit entre deux ennemis jurés.

La délégation érythréenne composée d'Osman Saleh, ministre des Affaires étrangères, et de Yemane Gebreab, conseiller spécial du président, a été accueillie en grande pompe à l'aéroport d'Addis-Abeba par le nouveau Premier ministre éthiopien Ahmed Abiy. C'est lui qui a initié ce réchauffement bilatéral au début du mois.

Ahmed Abiy, qui a engagé des réformes sans précédent dans le pays, a également annoncé sa volonté de mettre fin au conflit avec son voisin en respectant l'accord de paix de 2002 qui prévoit un nouveau tracé de la frontière. Le président érythréen Issaias Afeworki a répondu aux « signaux positifs » d'Addis-Abeba le 20 juin dernier en annonçant la visite de cette délégation.

Ce mardi après-midi, le porte-parole du ministre des Affaires étrangères de l'Erythrée déclarait avec optimisme « lorsque nous ferons la paix, cela bénéficiera à toute l'Afrique de l'Est ». Au cours du dîner au Palais national, le Premier ministre ethiopien Ahmed Abiy a à son tour affirmé que la paix entre les deux pays apporterait de nombreux bénéfices à la Corne de l'Afrique, notamment commerciaux.

Inimaginable il y a encore quelques semaines, cette visite ne reste toutefois qu'un premier pas vers la réconciliation... Car si la décision du Premier ministre éthiopien de tourner la page du conflit frontalier a été saluée par la communauté internationale, elle a été accueillie avec défiance par une partie de la population.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.