Republier
Mali ONU

Mali: l'armée accusée d'exactions, «nous prendrons des sanctions exemplaires»

Le Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maïga reçu par son homologue français Edouard Philippe, à Matignon, le 26 juin 2018.
 © AFP/Christophe Archambault

Au Mali, un mois avant la présidentielle du 29 juillet, la question sécuritaire reste au coeur du débat politique. Ainsi, l'armée est accusée par les Nations unies d'avoir exécuté douze civils de la communauté peule, le 19 mai dernier, lors d'un marché au bétail à Boulkessy, dans le centre du pays. Réaction du Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maïga, qui est en visite officielle à Paris. Retrouvez l'invité Afrique à 04h43, 05h43, 06h43 et 12h48 (TU) sur l'antenne Afrique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.