Burkina Faso: une plateforme pour améliorer l'enregistrement des naissances

Une sage-femme examine une jeune femme de dix-sept ans qui attend son premier enfant et dont le travail commence, à Lankoué au Burkina Faso.
© Amnesty International / Anna Kari

Lancée depuis 2015, « iCivil », une plateforme burkinabè pour améliorer l'enregistrement des naissances et permettre à tous les nouveau-nés d'avoir un document d'état civil est en expérimentation dans une dizaine de centres de santé. Avec un téléphone et un bracelet muni d'un code, l'agent de santé transmet automatiquement les premières données (date, heure, lieu de naissance et nom des parents, etc) par message à l'agent d'état civil. Ces premières informations seront ensuite complétées par les parents de l'enfant. Un nouveau système qui évite les nombreux cas de jugement supplétif pour établir les actes de naissance dans le meilleur des cas.

Environ 25 naissances sont enregistrées au centre médical urbain de la patte-d'oie chaque mois. Ici, c'est l'ancienne méthode qui est toujours d'actualité.

« L'enregistrement des naissances est fait comme d'habitude. Les parents nous présentent les papiers délivrés par les accoucheuses Yerbanga », explique Tanga Jochim, officier d'état civil délégué.

Pour moderniser son état civil, le Burkina Faso expérimente dans une dizaine de centres le iCivil. Avec un téléphone portable, l'agent de santé scanne un code sur un bracelet des la naissance d'un enfant et transmet les données par message au serveur de l'état civil.

« Avant même de quitter la maternité vous êtes sûr que l'enfant est déjà enregistré. Aucun enfant ne va échapper à l'enregistrement », assure Mme Dah, née Dabiré Judith, directrice de l'état civil à la mairie centrale.

Les actes de naissance délivrés plus rapidement

Plus tard, les parents de l'enfant peuvent se rendre à l'état civil pour l'établissement du document d'acte de naissance authentique avec la présentation du bracelet remis le jour de l'accouchement.

« Et quand le parent va venir avec le bracelet, avec tous les autres renseignements, il va imprimer l'acte, poursuit Mme Dah. Ça veut dire que le parent a instantanément l'acte de naissance de son enfant. »

Grâce au iCivil, le Burkina Faso pourra constituer des registres complets et fiables pour une meilleure organisation de ses statistiques démographiques, selon la directrice de l'état civil à la mairie centrale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.