Des Négro-Mauritaniens réclament une commission Vérité et Réconciliation

Vue de la ville de Nouakchott, capitale de la Mauritanie (photo d'illustration).
© Wikipédia

Des cadres négro-mauritaniens victimes d’exactions extrajudiciaires entre 1986 et 1991 ont réclamé samedi 30 juin, à l’issue d’une conférence de presse dans la banlieue sud de Nouakchott, une commission nationale Vérité et Réconciliation pour solder le passif humanitaire en Mauritanie. Ces cadres, qui ont demandé l’intervention des chefs d’Etats présents au sommet de Nouakchott, agissent dans le cadre d’une coalition contre la discrimination raciale et l’exclusion. Son président, un ancien détenu politique de la prison de Wallata, Ba Oumar Fara, énumère pour RFI les raisons d’une telle initiative.

Nous voulons sensibiliser les chefs d’Etat. Nous voulons ouvrir un dialogue pour solder véritablement définitivement le passif mauritanien. Nous voulons qu’il y ait une commission Vérité et Réconciliation.
Ba Oumar Fara, président d'une coalition contre la discrimination raciale et l’exclusion
01-07-2018 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.