Nouvelle attaque de Boko Haram au Niger

Soldats nigériens près de Diffa en 2016 (photo d'illustration).
© Reuters

Boko Haram a encore frappé au Niger, dans l’extrême est du pays dans la région du Lac Tchad et non loin de la frontière tchadienne. Des attaques qui surviennent à la veille du premier jugement des éléments de Boko Haram à Diffa, leur région natale.

Les assaillants venus à dos de plusieurs dizaines de chevaux ont mené deux attaques sur deux positions des forces nigériennes, le poste militaire de reconnaissance PMR de Bilabrim et le poste de contrôle frontalier entre le Niger et le Tchad. Selon des sources gouvernementales, le bilan est de 6 victimes, tous des soldats, et trois véhicules de l’armée détruits par les éléments de Boko Haram avant de prendre la fuite en direction des marécages du lac. Les 4 personnes portées disparues dans un premier temps ont toutes été retrouvées depuis.

Avec la saison des pluies qui s’installe, ces zones sont impraticables. Le seul moyen pour se déplacer sans attirer l’attention est le cheval. La surprise aidant, les éléments de Boko Haram ont frappé et disparu à la faveur de la nuit avec à leurs trousses les hommes du PMR ; des soldats, dit-on, organisés à se défendre eux-mêmes et à mesure également de poursuivre l’ennemi en cas d’attaque.

Depuis quelques semaines, Boko Haram a multiplié ses incursions dans les régions, freinant ainsi les activités de certaines ONG humanitaires. Dans le chef-lieu de région à Diffa il y a quelques jours, des femmes kamikazes ont fait exploser leurs ceintures causant la mort de six personnes. Enfin, ces attaques ont lieu à la veille des procès délocalisés des éléments de Boko Haram à Diffa. Une justice transitionnelle pour juger les présumés éléments de Boko Haram devant leur communauté, afin, dit-on, de faciliter leur réintégration ou réinsertion en cas de libération.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.