Republier
Madagascar

Madagascar: rencontre entre syndicats d'enseignants et le Premier ministre

Christian Ntsay, le Premier ministre malgache, le 6 juin 2018.
© REUTERS/Clarel Faniry Rasoanaivo

A Madagascar, une rencontre entre syndicats d'enseignants et le Premier ministre Christian Ntsay a eu lieu. Depuis plus de deux mois, les professeurs des écoles, collèges et lycées publics sont en grève, en particulier dans la capitale et dans les grandes villes du pays. Une mobilisation qui inquiète de plus en plus élèves et parents d'élèves qui craignent une année blanche. Les enseignants réclament notamment une revalorisation de leurs indemnités. Une rencontre jugée constructive par les enseignants, mais qui n'a pas suffi à mettre un terme au mouvement de grève.

C'était une promesse de Christian Ntsay lors de sa prise de fonction : rencontrer les syndicats et parvenir à un apaisement. Après une heure d'entretien avec le chef du gouvernement et le ministre de l'Education, le syndicat des enseignants de Madagascar (SEMPAMA – Nosy) se dit « optimiste » : « Le Premier ministre a démontré qu'il avait la volonté de résoudre nos problèmes en nous recevant », indique Louise Gabrielle Rabia, porte-parole du syndicat.

A l'issue de cette réunion, un comité technique a été immédiatement mis en place. Composé de membres du syndicat, de représentants de la primature, du ministère de l'Education, de celui des Finances et de celui de la Fonction publique.

Sa mission : instaurer une feuille de route répondant aux requêtes des enseignants. Document qui doit être présenté mardi matin en conseil de gouvernement.

Leur principale revendication : obtenir une indemnité spéciale de 100 000 ariary, soit 25 euros, pour prendre en charge notamment leurs frais de logement ou de déplacement.

« Nous n'allons pas nous contenter d'un bout de papier », prévient la syndicaliste Louise Gabrielle Rabia. « Nous continuons notre mobilisation jusqu'à ce que les mesures soient appliquées », poursuit-elle.

Le syndicat des enseignants – éducateurs de Madagascar (SEMPAMA) qui n'a pas participé à cette réunion signale qu'il continue aussi la grève. Il appelle d'ailleurs à un rassemblement jeudi et vendredi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.