À Nouakchott, le G5 Sahel et Macron affichent de la fermeté face aux jihadistes

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours pendant la conférence de presse avant la rencontre du G5 Sahel à Nouakchott.
© Ludovic MARIN / POOL / AFP

Une grande partie du 31e sommet de l’Union africaine en Mauritanie a été consacrée aux attaques terroristes des derniers jours. Les cinq chefs d'Etat du G5 Sahel se sont enfermés pendant deux heures avec Emmanuel Macron pour réfléchir à la réponse à apporter aux jihadistes, qui ont frappé le QG de la force conjointe du G5, vendredi 29 juin à Sévaré, au centre du Mali.

Lundi 2 juillet à son arrivée à Nouakchott, Emmanuel Macron a dénoncé la barbarie des jihadistes, qui ont causé la mort de sept civils maliens à l’occasion des deux attentats de vendredi 29 juin et dimanche 1er juillet. « Avant chaque sommet, les jihadistes font cela, c’est de la guerre psychologique, a confié un proche du chef de l’État français. Il ne faut rien leur céder. »

«Après l’attaque du Quartier Général de Sévaré, un nouveau commandement va se mettre en place», annonce le président Tchadien Idriss Déby
03-07-2018 - Par Christophe Boisbouvier

Le président français s’est entretenu deux longues heures avec les cinq chefs d’Etat du G5 Sahel, et visiblement, si l’on en croit le Tchadien Idriss Déby, un calendrier opérationnel a été mis en place, en vue de passer à l’offensive après la saison des pluies.

Manque de confiance entre les chefs d'Etat du G5

L’un des soucis d’Emmanuel Macron, c'est le manque de confiance qui s’est longtemps manifesté entre les cinq chefs d’Etat du G5 Sahel. Ces dernières années, en effet, la Mauritanie et le Tchad, dont les armées sont aguerries, ont souvent reproché au Mali, au Burkina Faso et au Niger d’avoir des armées beaucoup moins performantes. Pas facile de combattre ensemble dans ces conditions.

Aujourd’hui, les Français veulent pourtant croire que la confiance est revenue et que les cinq pays du Sahel vont enfin mutualiser leurs troupes.

Pour Emmanuel Macron, «nous gagnerons cette bataille ensemble et nous le gagnerons par cet engagement militaire (…) mais nous la gagnerons aussi par un travail diplomatique»
03-07-2018 - Par Christophe Boisbouvier

En visite au Collège de défense du G5 Sahel basée à Nouakchott, la toute première école de guerre du Sahel qui ouvrira ses portes en octobre, le président Emmanuel Macron en a profité pour réaffirmer l'engagement de la France dans cette lutte contre le terrorisme dans la région Sahel.

Une force africaine pérenne financée par la communauté internationale et par les pays

Un autre problème est le financement de ce G5 Sahel et aussi des autres forces de paix sur le continent africain. Les missions actuelles des Nations unies ont mauvaise presse.

Une nouvelle idée fait alors son chemin : une force africaine pérenne, qui serait financée à 75% par la communauté internationale et à 25% par les Africains eux-mêmes, verrait le jour. Une force coup de poing, qui ne resterait qu’un an ou deux sur un théâtre d’opérations et qui serait plus efficace que les opérations actuelles de l’ONU.

Reste néanmoins à convaincre Donald Trump de la pertinence de ce nouveau schéma tactique.

Faiblesse des terroristes

Le commandant de la force française Barkhane, le général Bruno Guibert, s’est rendu ce 2 juillet à Gao au nord du Mali. La veille, dans la matinée, un véhicule piégé a foncé dans une patrouille de Barkhane au cœur de la ville, faisant quatre morts civils maliens, 25 blessés et quatre soldats français blessés grave. Deux jours plus tôt, une autre attaque terroriste avait détruit le QG du G5 Sahel à Sévaré, dans le centre du pays.

Pour le général Guibert, ces attentats ne sont pas le signe que les terroristes augmentent leurs capacités d’actions. « Il n’y a pas de montée en puissance de leurs capacités, estime-t-il. Elles sont en train d’être réduites, paradoxalement. C’est bien parce que l’ennemi n’a plus la capacité d’agir militairement qu’il agit par des attentats ».

« Certes, il y a eu des bâtiments qui ont été détruits, poursuit le général. Il y a aussi quelques morts et un pauvre soldat qui était de faction. Mais c’est un échec majeur. C’est également un échec. La cible n’a pas été atteinte, qui était le cœur. Le poste de commandement du G5 n’a pas du tout été atteint ».