Photographie: la quête d'identité à travers le moraingy, l'art martial malgache

L'enfant du pays Sakalava, Christian Sanna, lors du vernissage de son exposition. La première sur le sol malgache.
© Sarah Tétaud/RFI

A Madagascar, le « moraingy » est un art martial traditionnel du nord-ouest de l'île. Autrefois utilisé comme entraînement à la guerre ou comme rite initiatique pour marquer le passage à l'âge adulte, il avait presque disparu durant la colonisation. Mais depuis une petite dizaine d'années, la pratique de ce type de boxe a conquis une jeunesse déboussolée en quête d'identité. Une quête immortalisée par le photographe Christian Sanna. Après Bamako, New York et Toulouse, les clichés de ces lutteurs sakalava sont pour la première fois exposés dans le pays d'origine du jeune artiste.

« On comprend qu'on est sur un ring, on voit le public autour, on voit le dos du lutteur qui est musclé, mais ce qui est le plus important, c'est vraiment cette main derrière. La main de l'aide-soignant qui vient et qui le soutient. Parce que pour moi, c'est ça le moraingy. C'est vraiment une idée de connexion dans la communauté. »

Corps massifs, poses aériennes, regards qui défient l'objectif. Christian Sanna offre aux visiteurs une plongée au cœur des combats informels de cet art martial ancestral.

Pendant trois ans, les dimanches après-midis, l'enfant du pays a arpenté les plages de sable fin et les parkings bétonnés de Nosy Be, Hasselblad argentique en main, pour capturer les errances et désirs de résilience de ses amis lutteurs.

« Beaucoup des jeunes de Nosy Be, quand Nosy Be a commencé vraiment à perdre toutes les économies locales, que ce soit le rhum ou la canne à sucre, ils se sont un peu retrouvés sans avoir de formation, et d'un coup le tourisme est arrivé, et beaucoup de ces jeunes-là se retrouvent sans avoir de place dans tout ça. Beaucoup de mes amis me disaient : "On n'arrive pas à trouver du travail, donc on ne peut pas construire une famille, nos parents ne nous voient pas comme des adultes." Et ils me disaient : "Au moins en faisant le moraingy, en m'entraînant, je retrouve des camarades, et puis quand je gagne, je deviens quelqu'un d'important. On me respecte." Donc il y a vraiment cette idée de reconstruction identitaire de ces jeunes garçons à travers un art martial traditionnel. Et moi c'est vraiment ce côté-là que j'ai voulu illustrer avec mes clichés. »

Des clichés puissants, envoûtants même, à découvrir jusqu'au 21 juillet à l'Institut français de Madagascar.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.