Côte d'Ivoire: remaniement gouvernemental, le Premier ministre reconduit

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly a été immédiatement reconduit (photo d'illustration).
© ISSOUF SANOGO / AFP

En Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a mis fin, ce mercredi 4 juillet, aux fonctions du gouvernement. Un remaniement, mais le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a d’ores et déjà été reconduit.

Alassane Ouattara a demandé à son Premier ministre de lui proposer une équipe gouvernementale constituée de personnalités issues du RHDP, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, la coalition au pouvoir, et aussi deux membres de la société civile.

En mai, lors du Congrès extraordinaire de son parti, Alassane Ouattara avait déjà promis la formation de ce nouveau gouvernement, qui devait rassembler tous les partis qui auront adopté les textes du parti unifié, le RHDP.

La fusion des partis de la coalition au pouvoir en un seul et même parti, en vue de la présidentielle de 2020, est un projet ardemment défendu par le président Ouattara.

Ce nouveau gouvernement devrait donc voir l’arrivée en son sein de personnalités issues de petits partis de la coalition au pouvoir et qui ont ces derniers mois adopté les textes du parti unifié. Par exemple, le Parti ivoirien des travailleurs, mais aussi le MFA ou l’UDPCI de l’ancien ministre Mabri Toikeusse.

Est-ce à dire que le futur gouvernement se passera totalement de personnalités PDCI ? Rien n’est moins sûr. Pour l’instant, les membres du second poids lourd de la coalition gouvernementale sont treize dans le gouvernement.

En juin, le parti d’Henri Konan Bédié avait, certes, rejeté la mise en place du parti unifié avant la présidentielle de 2020. Cependant, mardi 3 juillet, une demi-douzaine de ministres PDCI ont pris leur distance avec la direction de leur parti et ont fondé un mouvement dissident pour promouvoir une création plus rapide du parti unifié. Mouvement de dissidence qui a d'ailleurs été fermement condamné par la direction du PDCI ce mercredi soir dans un communiqué. Peut-être ces ministres se verront-ils donc récompensés pour leur engagement.

Car pour le politologue ivoirien Jean Alabro, « ce serait [pour Alassane Ouatarra] se tirer une balle dans le pied que de se débarrasser de ce poids lourd de la coalition ». Pour l'analyste Sylvain N'Guessan, Alassane Ouattara pourrait être tenter de forcer la main à Henri Konan Bédié en siphonnant certains de ses cadres pro-RHDP.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.