Republier
Burkina Faso

Putsch raté au Burkina: un adjudant pointe la responsabilité du major Badiel

Le général Diendéré, leader du coup d'Etat manqué, au tribunal le 27 avril 2017.
© Ahmed OUOBA / AFP

Au Burkina Faso, l'un des sous-officiers ayant participé à l'arrestation des autorités de la transition le 16 septembre 2015 a expliqué au tribunal qu'il ignorait qu'il s'agissait d'un coup d'État. L'adjudant Ouekouri Kossé a rejeté les charges d'attentat à la sûreté de l'État, de meurtre, de coups et blessures volontaires et de dégradation volontaire aggravée de biens retenues contre lui. Il s'est dit surpris de la tournure des événements et accuse l'adjudant-chef major Eloi Badiel d'être l'homme-orchestre de l'exécution du putsch.

Dans son récit, l'adjudant Ouekouri Kossé raconte qu'il était de repos le 16 septembre 2015. Mais suite à un appel téléphonique du major Eloi Badiel, il rejoint le palais présidentiel en tenue de sport. À peine a-t-il mis le pied hors de son véhicule, précise-t-il, que le major vient vers lui et dit ceci : « le général Dienderé m'a dit d'arrêter le Premier ministre Yacouba Isaac Zida ».

Poursuivant sa version des faits l'adjudant Ouekouri Kossé précise que c'est le major Eloi Badiel qui a « articulé » c'est à dire réparti les différents rôles dans cette mission d'arrestation des autorités de la transition.

« Quel était votre rôle une fois dans la salle du conseil des ministres ? », demande le parquet. « Je ne suis pas rentré dans la salle du conseil. J'étais chargé de mettre en place un dispositif d'observation au côté ouest de la présidence » répond l'accusé.

L'ancien sous-officier s'est dit surpris de constater que la mission ne consistait pas seulement en l'arrestation du Premier ministre Yacouba Isaac Zida, car le président Michel Kafando figurait parmi les détenus au palais présidentiel. Il a indiqué que ce n'est qu'à partir du 17 septembre 2015 qu'il s'est rendu compte qu'il s'agissait d'un coup d'État.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.