Republier
RDC

RDC: la difficile constitution des dossiers de candidatures aux provinciales

Le président de la Céni de RDC, Corneille Nangaa, a expliqué que ce délai n'aura pas d'incidence sur le calendrier.
© JOHN WESSELS / AFP

En RDC, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) annonce qu'elle va clôturer la réception des candidatures pour les législatives provinciales ce dimanche. Cependant, compte tenu des difficultés qu'éprouvent les partis politiques dans le processus de dépôt de candidatures, l'administration électorale a accordé un délai supplémentaire de deux jours aux retardataires.

L'enjeu était de taille pour les partis politiques, majorité comme opposition. Au cours de la réunion de ce samedi autour de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), l'opposition était représentée notamment par Delly Sesanga de la plateforme électorale Ensemble pour le changement pilotée par Moise Katumbi, Vital Kamerhe de l'Union pour la nation congolaise et Martin Fayulu de la Dynamique de l'opposition. Tous estiment qu'il est impossible de déposer les candidatures dans les délais.

« On ne savait pas combien de documents il fallait signer, expliqueMartin Fayulu. On nous a dit, par exemple, que moi je devais signer 6 600 documents. Au bout de 3 500 j’ai dit que ce n’était pas possible ! »

Il s'est également posé un problème de paiement de la caution électorale. « Il y a des endroits où on ne peut pas payer la caution parce qu’il n’y pas de banque, de bureau et on nous a dit qu’il fallait déposer à tout prix, avec les candidatures, les preuves de paiement. »

À la fin des échanges avec la Céni, il a été convenu qu'au dernier jour du dépôt des candidatures, donc ce dimanche, des jetons seront distribués aux partis et regroupements politiques ou aux mandataires présents dans la file d'attente afin qu'ils soient reçus dans les 48h, c'est-à-dire au plus tard mardi 10 juillet 2018, à minuit.

Pour Corneille Nangaa, président de la Céni, cette rallonge n'aura pas d'incidence sur le calendrier électoral. « Les solutions proposées sont basées sur le principe que nous n’allons pas changer le calendrier. C’est aussi basé sur le principe que le 23 décembre, il va falloir qu’il y ait les élections. »

Et conformément à ce calendrier électoral, le dépôt des candidatures pour la présidentielle et pour les législatives nationales débutera le 25 juillet.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.