Algérie: un ministre défend un imam de Toulouse accusé de prêches antisémites

Une vue de la Grande mosquée de Toulouse en juin 2018.
© ERIC CABANIS / AFP

En Algérie, le ministre des Affaires religieuses dénonce un mensonge, après une polémique avec la France. Un imam algérien qui travaille dans la ville de Toulouse est accusé de prêches antisémites.

L'affaire commence au mois de décembre, lorsque dans un prêche, diffusé plus tard sur les réseaux sociaux, cet imam de Toulouse prononce une phrase jugée antisémite.

L'imam est algérien mais son responsable hiérarchique est la Grande mosquée de Paris. Cette dernière mène l'enquête et estime que l'imam s'est « excusé de sa bonne foi ».

Pourtant, cette semaine, depuis Alger, le ministre des Affaires religieuses prend la parole et dénonce des accusations « mensongères ».

Pour lui, l'Algérie est une école en matière de déradicalisation et les différentes doctrines religieuses observées en Algérie sont faites de modération. Il s'en prend alors à certains médias occidentaux, qui, selon lui, utilisent ce genre d'information pour s'attaquer à l'islam.

Fin avril, un autre imam algérien faisait polémique. El Hadi Doudi a été expulsé de Marseille vers Alger. S'il était accusé par les services de renseignement français d'être d'influence radicale, les autorités algériennes, elles, ne lui reconnaissaient pas la fonction d'imam.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.