Republier
Maroc Justice

Au Maroc, plusieurs manifestations de soutien aux militants du Hirak condamnés

Précédente manifestation en soutien au mouvement Hirak à Rabat, Maroc, le 27 juin 2018.
© REUTERS/Youssef Boudlal

Au Maroc, à l'appel du comité de soutien des détenus et des partis de gauche, plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues de Casablanca et de Rabat pour dénoncer le verdict prononcé à l'encontre des 53 militants du Hirak, le mouvement de contestation rifain. Le 27 juin dernier, leur leader Nasser Zefzafi a écopé de 20 ans de prison ferme pour entre autres « atteinte à la sureté de l'Etat ». Depuis l'annonce des sentences, les réseaux sociaux et la société civile s'indignent de la sévérité de ces peines de prison, pour un mouvement, disent-ils, aux simples revendications socio-économiques.

La justice symboliquement enterrée dans un cercueil noir porté par des manifestants à Derb Omar, quartier historique de Casablanca et fief de la gauche marocaine. Fatiha, enseignante, est venue en tant que citoyenne crier sa colère : « Ce sont des innocents qu’ils ont emprisonnés, c’est vraiment injuste. Stop, on en a marre, on veut juste être traité comme des vrais citoyens. On est des citoyens, on a des droits. Le minimum, c’est qu’on ait le droit de parler, de dire ce que l’on ressent. C’est le minimum. »

Issam, père de famille, reste de côté et regarde défiler les manifestants. Sa jeune fille dans les bras, il est venu assister au rassemblement : « Pour avancer, il faut venir dire quelque chose contre la loi qui n’est pas la loi. C’est pour ma petite fille, elle a un an et trois mois, c’est pour elle, ce n’est pas pour moi. »

Une mobilisation de plusieurs milliers de personnes qui comptent pour la société civile, comme pour Omar Aziki, membre de l’association Attac Maroc : « Cette manifestation est la première après le verdict. Donc, nous, on espère avoir une mobilisation plus importante, et on espère que ça va élargir un petit peu la contestation au niveau national. Cela pourrait influencer la justice pour qu'elle revoit son jugement. » Influencer la justice alors qu’une proposition de loi d’amnistie a été présentée par des parlementaires socialistes.

Beaucoup espèrent une possible grâce royale des 54 détenus du Hirak qui pourrait être annoncée dans les prochaines semaines.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.