Gabon: le syndicat Onep engage une grève de 15 jours chez Total

Une station service de Total Gabon, à Libreville.
© AFP

Au Gabon, l'Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) a déclenché lundi 9 juillet une grève de 15 jours chez Total Gabon. Le syndicat a constaté l'échec des négociations qui ont eu lieu du 1er au 6 juillet sur les revendications du personnel portant sur le paiement des primes, bonus et des meilleurs plans de carrière.

« La grève est bien suivie », a déclaré Sylvain Mayabith, secrétaire général adjoint de l'ONEP, le syndicat qui a lancé le mouvement. Selon l'ONEP, environ 30% des salariés sont en grève. Tous opèrent dans la production. D'où le succès du mouvement.

Au terminal pétrolier du Cap Lopez, par exemple, tout le personnel serait en grève. Ce terminal est stratégique, car c'est de là que la production de Total est évacuée vers le marché international. Le site de PG2 qui produit 5 000 barils par jour serait complètement à l'arrêt. Ce qui n'est pas le cas pour les champs d'Anguille et de Torpille où la direction aurait empêché l'accès aux grévistes.

Les employés des bureaux n'ont pas véritablement adhéré au mouvement, reconnait l'ONEP. À l'origine du mouvement, un plan de restructuration de l'entreprise. Les plans de carrière et les rémunérations proposés dégoutent le personnel.

La Direction générale n'a pas encore communiqué. Elle a convoqué pour ce mardi des négociations sur le service minimum. Ancien leader de la production pétrolière au Gabon, Total est désormais 3e avec une production d'environ 30 000 barils par jour.