Les Pays-Bas confirment la toxicité des carburants vendus en Afrique de l'Ouest

Certains carburants vendus en Afrique de l'Ouest, notamment au Mali, concentrent du soufre et d'autres substance dans des proportions dangereuses (image d'illustration).
© REUTERS/Luc Gnago

Le gouvernement des Pays-Bas vient de publier un rapport sur la toxicité des carburants envoyés et vendus en Afrique de l'Ouest. Cette enquête du ministère des Transports et du secrétaire d'Etat à l'environnement fait suite au rapport « Dirty Fuel » publié en 2016 par Public Eye. L'ONG suisse avait enquêté trois ans et analysé des échantillons de carburants dans 8 pays africains. Le résultat était sans appel. Ces carburants contiennent des substances nocives pour la santé des habitants de ces pays.

L’ONG Public Eye avait enquêté sur les carburants vendus dans 8 pays : l'Angola, le Bénin, le Congo-Brazzaville, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal et la Zambie... Et avait relevé des taux particulièrement élevés de souffre dans le diesel. Une substance, qui selon les Nations unies, provoque des cancers, de l'asthme et d'autres maladies respiratoires.

Dans ce rapport Dirty Fuel daté de 2016, les Pays-Bas, comme la Belgique, étaient pointés du doigt comme les principaux exportateurs, représentant un peu plus de 60% des exportations en 2014.

Suite à cette enquête, sur pression du Parlement néerlandais, le gouvernement des Pays-Bas a décidé d'enquêter. Et le principal résultat confirme les craintes exprimées par Public Eye, avec des concentrations en souffre 300 fois supérieures à ce qui est autorisé par l'Union européenne sur son sol.

Mais surtout, l'enquête néerlandaise note le manque de transparence des producteurs et vendeurs de carburants sur le contenu de ce qu'ils vendent - ce qui rend les opérations de contrôle très difficile - et les opérateurs ne sont pas très regardants sur la qualité des produits qu'ils achètent.

Au-delà du problème de la concentration en soufre, il y a également le benzène, butène, isoprène, manganèse. Retirer toutes ces substances coûte de l’argent, note l'enquête du gouvernement néerlandais, mais cela est considéré en Europe comme crucial pour la santé des consommateurs.

Les Pays-Bas jouent un rôle absolument central dans la logistique qui conduit à la fabrication et l’acheminement de ces carburants toxiques en Afrique de l’Ouest, mais la première action qui doit être entreprise pour endiguer ce commerce, c’est de la part des Etats africains, qui doivent absolument renforcer leurs standards.
Marc Gueniat
12-07-2018 - Par Sonia Rolley

Carburants toxiques en Afrique: des conséquences désastreuses sur la santé

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.