Republier
Tunisie

«Révolution de jasmin» en Tunisie: six ans après, ouverture des premiers procès

Des familles de victimes de la révolution tunisienne assistent à un procès au nom de leurs proches au palais de justice de la ville de Kasserine, au centre de la Tunisie, le 13 juillet 2018.
© HATEM SALHI / AFP

En Tunisie, pour la première fois la justice transitionnelle a ouvert ce vendredi 13 juillet trois procès dans trois villes différentes pour juger les responsables présumés des violences lors du soulèvement populaire en 2011 contre le régime Ben Ali. 338 tunisiens ont été alors tués et 2 174 blessés, selon un bilan officiel. Ces procès sont instruits par l'Instance Vérité et Dignité chargé de rendre justice aux victimes de la dictature en Tunisie.

Plus de six ans après les faits, les juges spécialisés vont pouvoir se prononcer sur la culpabilité de onze responsables présumés, de la mort ou des blessures par balles des victimes de ces violences. Parmi les accusés figure le président déchu Zine Al Abidine Ben Ali, son ministre de l'Intérieur et des membres de la Garde nationale de l'époque.

C'est dans la ville symbole de Sidi Bouzid que l'émotion était à son comble. Des avocats, des membres de la société civile et des défenseurs des droits de l'homme se sont pressés dans la salle du tribunal pour suivre les débats.

A Kasserine, ces premières audiences concernent 20 « martyrs », selon l'un des avocats des victimes. Une séance aujourd'hui consacrée à l'écoute les victimes et de leurs proches.

D'autres procès ont également débuté à Sousse aujourd'hui. Dans ces trois villes, les proches des familles ont exprimé leur déception de ne voir aucun accusé présent au tribunal.

Des avocats demandent aux juges d'interdire les voyages à l'étranger de ces responsables de crainte qu'ils ne fuient. Ils réclament également des mandats d'arrêt à leur encontre pour qu’il soit présent aux prochaines audiences.

Ola Ben Nejma, présidente de la commission d'investigation à l'Instance Vérité et Dignité, IVD
17-07-2018 - Par Houda Ibrahim

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.