RDC: insécurité à Lubumbashi, la police mise en cause

Une rue de Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga (2016, illustration).
© JUNIOR KANNAH / AFP

La ville de Lubumbashi, dans le sud de la RDC, connaît un regain d'insécurité. Un couple et un pasteur ont été assassinés, la population a lynché un policier et brûlé son cadavre. La police s'est redéployée dans les deux quartiers théâtre des événements. Depuis, la population craint des représailles et cherche refuge dans le voisinage. Les autorités se veulent rassurantes et évoquent la protection des habitants.

Ce sont les actes de banditisme doublés d’assassinats qui ont irrité les habitants des quartiers Kisanga et Gabdolite. Selon des témoins à Lubumbashi, la population trouve suspect que la police arrive souvent en retard lorsqu’elle est appelée à la rescousse.

Ce fut le cas dans la nuit de jeudi à vendredi : un couple et un pasteur ont été assassinés dans les deux quartiers, et les criminels ont réussi à s’échapper avec leur butin. C’est seulement au matin que les agents de l’ordre sont arrivées pour tenter de récupérer les corps des victimes. La population du quartier Gabdolite s’est interposée. Des heurts ont alors éclaté entre policiers et population… Gaz lacrymogènes contre jets de pierres… Dans ce désordre, un commissaire principal de la police nationale a été lynché et son corps brûlé…

La tension a perduré toute la journée. Et, le soir, grâce à l’intervention de la Monusco, le calme était revenu. Mais, samedi les policiers sont retournés dans le quartier. « Pour protéger la population », a déclaré le porte-parole de la police. Me Sonville Mukendi parle, lui, « des représailles qui font fuir plusieurs familles vers les quartiers voisins».

A cause du regain de l’insécurité dans la ville de Lubumbashi, un contingent de la Légion nationale d’intervention est arrivé de Kinshasa depuis quelques jours.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.