Republier
Madagascar

Madagascar: création d’une juridiction contre le trafic de bois de rose

Bois de rose à Masoala, dans le nord-est de Madagascar, une des forêts victimes du trafic de ce bois précieux.
© RFI/Laetitia Bezain

A Madagascar, une nouvelle étape dans la lutte contre le trafic de bois précieux vient d’être franchie. Une chaîne spéciale de lutte contre le trafic de bois de rose et de bois d'ébène a été mise en place. C’est un signe positif qui satisfait en partie les associations malgaches de défense de l'environnement. Cependant, elles demandent des preuves tangibles de cette lutte. Sur le papier, l'exploitation et l'exportation illégale du bois précieux est passible d'une peine de 20 ans de travaux forcés et d'une amende allant jusqu'à 130 000 euros.

Cela fait trois ans que la mise en place de cette juridiction était attendue. La ministre de la Justice, Noro Vololona Harimisa, nommée il y a un mois, lance donc un signal positif aux associations de défense de l'environnement en instaurant enfin cette chaîne spéciale chargée de lutter contre le trafic de bois précieux.

« Nous sommes rassurés, mais il faut des résultats concrets et que des délinquants de haut niveau soient inquiétés », réagit Ndranto Razakamanarina, président de l'Alliance Voahary Gasy, une plateforme qui regroupe une trentaine d'organisations environnementales malgaches. Pour le moment, en effet, seuls des complices de second plan ont été arrêtés.

Soixante-dix-neuf affaires attendent de passer devant cette juridiction. Les dix juges qui la composent auront « six mois pour rendre des comptes », a indiqué la ministre de la Justice. Des juges qui « devront faire face aux pressions et aux menaces, car ils auront à faire non pas à de simples malfaiteurs, mais à de gros bonnets », précise-t-elle.

Des brigades mixtes composées d'enquêteurs de la gendarmerie et de la police vont aussi être implantées dans les localités concernées par le trafic de bois de rose.

Présent sur la côte est du pays, ce bois est exporté principalement en Asie où il est transformé en meuble de luxe.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.