Sénégal: une peine de 20 ans et 14 acquittements au procès de 29 jihadistes présumés

Le verdict est tombé ce jeudi matin au tribunal de Dakar pour 29 Sénégalais suspectés de terrorisme.
© Getty Images/ Spaces Images

Le verdict est tombé ce jeudi matin au tribunal de Dakar pour 29 Sénégalais suspectés de terrorisme. Ils étaient accusés d'avoir cherché à créer un réseau jihadiste. Le procès a permis d'ailleurs de confirmer des connexions avec le groupe Boko Haram. Quatorze d’entre eux ont été acquittés. Les autres écopent de 20 à 5 ans de prison.

C’est sous haute sécurité, avec la présence renforcée de gendarmes dans la salle d’audience, que le juge Samba Kane a lu son délibéré. Les prévenus, 29 au total, se tenaient droits devant lui.

Parmi eux, impassible, boubou et barbe blanche comme à son habitude, l’imam Alioune Ndao, figure emblématique de ce procès. A l’annonce du verdict, ses disciples se sont jetés par terre au cri de « Allah Akbar » (dieu est grand). L’imam est en effet relaxé de toutes les charges liées au terrorisme et écope d’un mois de prison avec sursis pour port illégal d’armes automatiques.

Son avocat Me Moussa Sarr ne se dit pas surpris par le jugement : « On ne peut pas faire condamner quelqu’un sur la base de simples allégations. Le parquet qui est maître des poursuites n’a pas rapporté la moindre preuve matérielle confondante pour l’imam, par conséquent c’est parfaitement normal que la chambre criminelle l’acquitte. »

Plusieurs proches de Matar Diokhané, autre personnalité de ce procès présenté comme le cerveau du groupe, eux, fondent en larmes. Ce dernier est condamné pour acte de terrorisme par association de malfaiteurs à 20 ans de travaux forcés. La défense de Matar Diokhané, qui s’est dit surprise par sa condamnation, affirme que son client fera appel de cette décision. Plusieurs de ces coaccusés écopent de 5 à 15 ans de la même peine. Tous ont 15 jours pour faire appel de la décision, a précisé la cour.

Ce procès-fleuve avait démarré en avril après plusieurs reports. La justice reprochait aux prévenus d’avoir cherché à mettre en place un réseau jihadiste dans le sud du pays, avec l’intention de l’étendre au reste du Sénégal, mais aussi aux pays voisins.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.