Visite d'IBK dans le nord: pour la CMA, la mise en oeuvre de l'accord de paix traîne

Vue de Tombouctou, au Mali. (Photo d'illustration)
© Peter Langer/Getty Images

Au Mali, Ibrahim Boubacar Keita, était en campagne dans le nord du pays. Le président a achevé hier vendredi une tournée dans le nord du pays par Tombouctou, après avoir passé une nuit à Kidal. C'est la première fois en cinq ans, que le président sortant, se rendait à Kidal, ville quasi administrée par les groupes armés signataires de l'accord de paix d'Alger. Durant son séjour, IBK s'est notamment entretenu avec des membres de la CMA, la Coordination des mouvements de l'Azawad et de l'HCUA, le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta rappelé son engagement pour l'application de l'accord d'Alger. Des paroles entendues par la CMA, mais le mouvement demande surtout des actes comme l'explique à RFI Mohammed Assaleh, président de la commission d'administration du comité directeur de la CMA, la Coordination des mouvements de l'Azawad.

« L’accord d’Alger est un tout. Il y a le volet sécuritaire, le volet politico-institutionnel et le volet développement. C’est surtout le politico-institutionnel (qui) est important. Il faut aller à la révision de la Constitution, il faut aller à l’opérationnalisation complète des nouvelles régions. Il faut vraiment doter les autorités intérimaires des moyens, il faut vraiment, aussi, doter le MOC [Mécanisme opérationnel commun] des moyens pour remplir sa mission. C’est de tels actes que nous attendons. Le DDR, aussi, en suivra. On sait que sans le DDR de cantonnement ce serait difficile la sécurisation. Parce que, vraiment, tout le monde détient des armes. Il faut aller au DDR pour savoir qui est quoi.

«Rien n'est fait comme prévu»

Pratiquement, aucun point de l’accord n’a été complètement mis en œuvre. Il y a juste le MOC et les autorités qui connaissent un début difficile. Les autorités intérimaires au niveau des régions ont été mises en place. Mais elles ne sont pas dotées des moyens, comme prévu par l’accord. Donc, rien n’est fait comme prévu ».

La CMA a annoncé qu'elle ne donnerait aucune consigne de vote. Le mouvement affirme se ranger derrière le candidat qui s'engagera le plus fermement pour l'application de l'accord de paix.

à (ré)écouter : [Reportage] Mali: la criminalité s'accroît à Tombouctou

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.