Sénégal: les présidents chinois et sénégalais inaugurent une arène de lutte

Le président sénégalais, Macky Sall, et son homologue chinois, Xi Jinping, lors de la cérémonie d’inauguration de la toute nouvelle arène de lutte du Sénégal, à Dakar, ce dimanche 22 juillet 2018.
© REUTERS/Mikal McAllister

Le président chinois est en tournée sur le continent africain, pour sa première visite à l’étranger, depuis sa réélection en mars dernier. Xi Jinping s'est d'abord rendu à Dakar, au Sénégal, où il est arrivé hier et d'où il est parti aujourd'hui pour le Rwanda. Après avoir signé des accords économiques, samedi, dans le domaine de la technologie, la justice ou encore l'aéronautique, il a inauguré, ce dimanche 22 juillet, aux côtés de son homologue, Macky Sall, la toute nouvelle arène de lutte du pays, financée et construite par la Chine. Il s’agit d’une infrastructure qui faisait défaut au Sénégal où la lutte est pourtant importante.

Abrités du soleil ardent par une tente en plastique rouge, les couples présidentiels sénégalais et chinois font face au nouvel ouvrage, à savoir une arène de plus de 20 000 places, aux couleurs du Sénégal. Son terre-plein de sable accueillera bientôt des combats de lutte, sport traditionnel du pays qui donne lieu à des matchs spectaculaires et extrêmement populaires.

La remise de clé, par Xi Jinping à Macky Sall, de cette infrastructure financée et bâtie par les Chinois se veut le symbole du partenariat « gagnant-gagnant » entre les deux pays, pour reprendre un terme cher aux discours officiels.

Dans le gradin réservé aux anciennes gloires de la lutte, Pape Diop «Boston», ancien champion d’Afrique, est tout ému.

« Nous l’avons attendu pendant des années, des années et des années. Je suis donc très fier d’avoir ce bijou, très fier de regarder cette coopération entre la Chine et le Sénégal ; entre les deux présidents », se réjouit-il.

A quelques mètres, Massamba, du Collectif des fans clubs de la Lutte, est également conquis.

« Nous sommes vraiment très contents des Chinois parce que c’est un rêve réalisé ! Nous espérons que nous allons venir ici, avec discipline, et que les autorités auront beaucoup de rigueur pour l’entretien, pour plus de durabilité », espère Massamba Dieye.

La cérémonie s'est achevée par une parade de lutteurs. C’était aussi la dernière étape de cette visite, la deuxième d'un dirigeant chinois au Sénégal, en près de 10 ans.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.