Republier
Togo Société

Togo: les manifestations de rues interdites du 23 juillet au 1er août

Toutes les manifestations de rues sont interdites au Togo du 23 juillet au 1er août, alors que Lomé héberge plusieurs réunions internationales
© AFP/Yannick Folly

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a dans un communiqué, lu sur la télévision nationale, interdit toutes manifestations de rues du 23 juillet au 1er août au Togo, alors que la coalition de l'opposition sillonne les villes qui jusque-là sont interdites de manifestations.

A la surprise générale, pendant que les facilitateurs invitent le gouvernement togolais à étudier la possibilité d'étendre le droit de manifester à l'ensemble du territoire national, c'est un communiqué du général Damehame Yark qui annonce l'interdiction de toutes manifestations de rue du 23 juillet au 1er août. Période au cours de laquelle la capitale togolaise accueille plusieurs rencontres internationales qui nécessitent, selon le ministre, de la sérénité pour travailler.

Lomé accueille en effet cette semaine-ci la réunion des experts de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna), la réunion conjointe des ministres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest et ceux de la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale en prélude au sommet des chefs d'Etat des deux zones, les 30 et 31 juillet.

« Interdire un droit constitutionnel »

L’interdiction de manifester provoque l’étonnement dans l'opinion, surtout que la coalition de l'opposition a programmé des réunions publiques sur toute l'étendue du territoire national jusqu'au 29 juillet.

Pas de panique, le général Yark Damehame a rassuré la coalition, nous a confié la coordinatrice, les meetings de Tsévié, Atakpamé et Kpalimé ne sont pas concernés. Pourtant Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson ne comprend pas. « On ne peut comprendre », dit-elle, « qu'à cause des réunions internationales, on veuille interdire un droit constitutionnel ». Pour elle, « c'est bien la preuve que nous ne sommes pas en démocratie ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.